mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Sécurité : Le palmarès des Big Brother Awards 2006

Sécurité : Le palmarès des Big Brother Awards 2006

Vincent Delfau, Réseaux & Télécoms

mardi 23 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La branche française de l’ONG Privacy International vient de décerner ses septièmes Big Brother Awards, qui « récompensent » les institutions ou les personnes s’étant distinguées par leurs atteintes aux libertés individuelles et leur apologie de la surveillance. Le jury était notamment composé de représentants du Collectif anti-délation de la Marne, de Loïc Dachary, le fondateur de la FSF Farnce, de l’avocat blogueur Maître Eolas et d’Hélène Franco, la secrétaire générale du syndicat de la magistrature.

Le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, pourtant grandissime favori et nommé pour la sixième fois, a été déclaré hors compétition. Le prix qui aurait pu lui revenir - Orwell Etat et élus - est finalement décerné à Jacques Lebrot, le sous-préfet sécurité de Seine-Saint-Denis pour « l’exclusion de plusieurs milliers de salariés sur la foi de fichiers policiers recensant de simples suspects (...) violant leur présomption d’innocence sur la base de pratiques clairement discriminatoires ». La catégorie Entreprises récompense assez logiquement Sony pour le rootkit implanté dans ses CD afin de contrôler l’usage qui en était fait. Paul Anselin, le maire de Ploërmel, s’arroge l’Orwell Localités « pour sa soif de vidéosurveillance ». Privacy International a particulièrement « apprécié » les 50 caméras mises en place dans la commune de 9000 habitants, peu sujette à la délinquance, ainsi que l’ouverture d’un numéro vert « visant à encourager la délation ». L’Orwell Novlang (langage inventé par George Orwell dans son roman référence, 1984) revient à Frédéric Péchenard, le directeur de la Police Judiciaire, pour son travail de prosélytisme en faveur d’un fichage génétique généralisé qui permettrait aux innocents « d’être lavés de tout soupçon ». Il devance l’Assedic et l’ANPE « pour le tri informatique des chômeurs de longue durée qu’ils ont entamé, alors même qu’il n’est fiable qu’à 60% et qu’il risque surtout d’enfoncer les plus précaires ». Si le ministre de l’Intérieur n’est pas récompensé, son collègue à la Justice, Pascal Clément, reçoit l’Orwell Ensemble de son Oeuvre « en raison de son acharnement à vouloir contrôler et enfermer, et pour son mépris des institutions et des droits de l’homme ».

A côté de ces sarcastiques récompenses, des Big Brothers Awards viennent souligner des travaux qui vont dans le sens de davantage de libertés individuelles. Ce sont les Prix Voltaire de la vigilance. Ils ont été remis, ex-aequo, aux directeurs d’écoles qui refusent les fichiers Base-élèves (compilant moult informations individuelles sur les élèves de 3 à 10 ans) et à Pierre Muller, le webmestre du site Ordinateurs-de-vote.org, sur lequel il démontre pourquoi le vote électronique constitue une menace démocratique. Enfin, Christophe Espern, l’animateur d’EUCD.info, a reçu une mention spéciale.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :