samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Les responsables Britanniques et Français de la défense vont discuter de (...)

Les responsables Britanniques et Français de la défense vont discuter de porte-avions

Corlobe.tk

mardi 23 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre Français de la défense, Michèle Alliot-Marie, prévoit de contacter prochainement son homologue Britannique pour discuter de ses inquiétudes : il s’agit de savoir si le gouvernement Britannique va aller de l’avant avec son programme de porte-aéronefs.

Des articles récents indiquant que Londres pourrait abandonner le projet de construction de 2 porte-aéronefs ont été pris très au sérieux à Paris, soulevant des questions sur les conséquences que cela entraînerait pour le programme français de 2ème Porte-Avions (PA2).

Alliot-Marie a indiqué lors de sa cérémonie des voeux, le 16 janvier dernier, qu’il y avait un besoin indispensable d’un 2ème porte-avions, et qu’un futur gouvernement devrait maintenir les dépenses militaires afin que la France conserve sa position dans le Monde, en soutenant la diplomacie avec des moyens militaires.

Alliot-Marie a déclaré qu’elle espérait rencontrer ou s’entretenir au téléphone avec le secrétaire Britannique à la défense, Des Browne, pour éclaircir les inquiétudes à propos du programme de porte-aéronefs Britannique (CVF).

La France veut construire son PA2 en coopération avec le Royaume-Uni, utilisant la conception du porte-aéronefs Britannique afin de réaliser des économies d’échelle. L’annulation du programme par Londres aurait des conséquences sur l’industrie française.

DCN et Thales sont les industriels menant les efforts Français pour construire le PA2.

Un responsable du gouvernement Français a indiqué que le ministère prévoyait de passer du stade de conception à celui de la réalisation du programme PA2, bien que la signature du contrat ne soit pas attendue avant les élections présidentielles.

Passer à la phase de réalisation signifierait la commande de matériels à longue durée de réalisation comme les 2 catapultes à vapeur, d’une longueur de 90 m et construites aux Etats-Unis. De tels achats et décisions sur le PA2 rendraient plus difficile l’annulation du programme de porte-avions par un nouveau gouvernement.

Si la Grande-Bretagne annulait son programme de porte-aéronefs, cela ne signifierait pas que la France annulerait le PA2, a déclaré un responsable. La France avait prévu de construire un second porte-avions avant que l’idée d’une coopération avec la Grande-Bretagne ne se développe, a-t-il ajouté.

Les pressions budgétaires sur la Royal Navy ont conduit à une réflexion sur la suite du programme de porte-aéronefs, ont rapporté des journaux britanniques.

Le ministre Britannique des approvisionnements de défense, Lord Drayson, a déclaré le 18 janvier devant la Chambre des Lords qu’il était au courant des spéculations, mais que le gouvernement Britannique restait engagé dans le programme.

Drayson a indiqué que des progrès avaient été obtenus dans le programme, y compris le travail commun avec la France sur un design commun. Le ministre a indiqué que le Gouvernement Travailliste était encore en train de discuter du prix final avec l’industrie.

Les Britanniques ont récemment indiqué qu’ils n’attribueraient pas de contrat de production des porte-aéronefs tant que la restructuration des chantiers de construction navale ne serait pas terminée. BAE Systems et le VT Group discutent de la fusion des chantiers navals, et Drayson a indiqué que de bons progrès avaient été faits.

La France a accepté de payer un tiers du prix de conception et de développement du CVF dans le cadre d’un accord obtenu l’an dernier qui permet à l’industrie Française d’utiliser les études Britanniques sur le CVF.

Beaucoup de progrès ont été réalisés sur la convergence de la conception globale des navires Français et Britanniques, et le travail est en cours pour décider exactement ce qui va dans les structures, a indiqué le responsable.

Le porte-avions Charles de Gaulle entre en période d’entretien en septembre, laissant la Marine Nationale sans moyen de lancer des avions. Avant d’entrer en entretien, le porte-avions à propulsion nucléaire doit soutenir la mission de l’OTAN en Afghanistan, le Rafale F2 volant en soutien des troupes au sol.

La Marine Nationale souhaite avoir un 2ème porte-avions à temps pour 2014, lorsque le Charles de Gaulle entrera en cale sèche pour une remise à niveau étendue et le rechargement de son réacteur nucléaire.

Article original : DefenseNews


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :