jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le FBI mobilisé contre l’infiltration chinoise

Le FBI mobilisé contre l’infiltration chinoise

Washington : Pierre-Yves Dugua, le Figaro

mercredi 4 mai 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Le Federal Bureau of Investigation (FBI) a mis en garde depuis des mois les entreprises américaines des risques d’espionnage de la part d’employés chinois. « Les Chinois nous volent. Nos dix années d’avance technologique ont disparu », déplorait en février dernier un haut responsable de cette police fédérale américaine. Le nombre de cas d’espionnage chinois dans la Silicon Valley (Californie), un bassin de créativité technologique des Etats-Unis, augmente de 20 à 30% par an. Plusieurs cas récents d’espionnage chinois ont été rendus publics dans d’autres régions, comme à Milwaukee (Wisconsin) et Trenton (New Jersey).

La vulnérabilité des entreprises américaines est bien connue. Dans un pays d’immigrants, les employés de nationalités diverses sont la norme. Les espions qui finissent par être arrêtés sont souvent d’anciens étudiants, diplômés d’universités américaines et qui travaillent pour des firmes comme Lockheed, Raytheon et Northrop, grands noms de l’armement, sur lesquels le Pentagone s’appuie pour ses efforts de recherche et développement. Les secrets industriels aux applications militaires sont en effet particulièrement prisés par les taupes de Pékin.

Mais les personnes accusées ne sont pas toujours coupables. Nombre de Chinois vivant aux Etats-Unis redoutent du reste d’être injustement discriminés. Wen Ho Lee, chercheur au laboratoire nucléaire ultra-secret de Los Alamos (Nouveau-Mexique), fut par exemple injustement arrêté et emprisonné pendant neuf mois pour espionnage en 1999.

Le FBI surveille de près quelque 3 000 sociétés implantées aux Etats-Unis que l’on soupçonne de passer leur temps à récolter des renseignements industriels. L’automne dernier, un couple de Chinois naturalisés fut arrêté à Manitowoc (Wisconsin) pour avoir carrément envoyé en Chine pour 500 000 dollars de composants électroniques destinés à perfectionner des missiles. Les autorités américaines notent que Pékin peut facilement recruter parmi les 150 000 étudiants chinois aux Etats-Unis, ainsi que dans les rangs des 300 000 Chinois qui visitent l’Amérique chaque année, notamment dans le cadre des 15 000 délégations accueillies ici. Le FBI affirme, en outre, que les services chinois ont l’habitude de donner des instructions à certains visiteurs, pour les encourager à observer des secteurs particuliers d’activités. Ces citoyens chinois sont ensuite « débrie-fés » à leur retour.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :