jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > M. Sarkozy veut impliquer plus le Parlement dans la politique de (...)

M. Sarkozy veut impliquer plus le Parlement dans la politique de défense

Laurent Zecchini, le Monde

vendredi 26 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

S’il est élu président de la République, Nicolas Sarkozy fera en sorte que l’effort de défense "soit au minimum maintenu à son niveau actuel et que le rythme des réformes visant à le faire gagner en performance s’accélère". La première de ces affirmations, contenue dans un entretien que le président de l’UMP a accordé à la Revue des auditeurs de l’Institut des hautes études de défense nationale (Ihedn), rassurera les militaires, inquiets des choix budgétaires du prochain chef de l’Etat.

Le reste des propos de M. Sarkozy, qui témoignent d’une volonté de continuité mais aussi d’un souci de faire évoluer nettement l’outil militaire, va davantage les intriguer. Ainsi pour la dissuasion nucléaire, dont "l’indépendance et la crédibilité, tant politiques que techniques", doivent être préservées, ce qui n’empêche pas "une réflexion sur la doctrine d’emploi et les moyens, voire les coopérations avec nos alliés européens". M. Sarkozy rend hommage à Jacques Chirac, à qui revient "principalement" le "mérite" d’avoir maintenu les objectifs de la loi de programmation militaire, mais il ne fait pas de doute que sa remise en question du "domaine réservé" du chef de l’Etat en matière de défense sera peu appréciée à l’Elysée.

A ce sujet, il prône une "implication plus forte" du Parlement dans les orientations de la politique de défense et préconise la création de deux nouvelles institutions : un "conseil de sécurité nationale", et un "secrétariat général ou une agence de la défense civile". Dans cet entretien, le candidat présidentiel se prononce en faveur de l’instauration d’un "service civique obligatoire comportant un volet militaire" et décoche quelques flèches : il ne laissera pas les soldats français "s’enliser" en Côte d’Ivoire ; il "regrette" la décision de retirer les forces spéciales d’Afghanistan, et il souligne que l’armée française "n’est pas un corps expéditionnaire destiné à jouer les pompiers ou les gendarmes aux quatre coins du monde".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :