dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Défense : la marine à sec

Défense : la marine à sec

Radio-canada.ca

samedi 27 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Des exercices navals canado-germano-américains doivent se dérouler la semaine prochaine entre Halifax et Boston. Mais ils n’auront de canadien que le nom, puisqu’un déficit budgétaire empêchera les bâtiments de la marine canadienne d’y prendre part.

Il y a quelques jours, le ministre de la Défense, Gordon O’Connor, donnait un premier indice de cette situation financière difficile en redirigeant quelques millions pour financer une patrouille de surveillance des pêches. Celle-ci avait été annulée dans un premier temps.

C’est maintenant un manque à gagner de 25 millions de dollars qui empêche le Canada de participer aux exercices prévus avec l’Allemagne et les États-Unis.

Selon le colonel à la retraite Rémi Landry, les coûts de plus en plus élevés de la mission canadienne en Afghanistan ont un impact sur les budgets de certains secteurs militaires. « La pratique est que l’on prend le déficit, et on le répartit à l’intérieur des commandements », explique-t-il.

Même à l’interne, on ne s’entend pas sur les chiffres. Une porte-parole du ministère de la Défense, Isabelle Bouchard, affirme que le budget de la marine canadienne a augmenté de 10 % en deux ans.

La lieutenante de vaisseau Marie-Claude Gagné précise toutefois que ce sont les budgets initiaux qui ont augmenté, tandis que les rallonges habituelles ont diminué. De 315 millions de dollars l’an dernier, le budget de la marine est donc passé à 290 millions, une diminution de 25 millions.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :