mercredi 20 septembre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’Iran se prépare au lancement de son premier satellite : avis (...)

L’Iran se prépare au lancement de son premier satellite : avis d’experts

RIA Novosti

mardi 30 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

L’Iran a annoncé qu’il se préparait au lancement de son premier satellite.

La mise en orbite de cet appareil à l’aide d’un lanceur iranien permettra à Téhéran d’adhérer au club très restreint des pays possédant leurs propres fusées porteuses et de créer son propre groupe d’appareils spatiaux. Cependant, les experts internationaux se montrent sceptiques quant à la capacité de l’Iran de construire son propre lanceur dans un proche avenir.

Les projets ambitieux de Téhéran en matière de conquête de l’espace ont été rendus publics la semaine dernière par le chef de la commission du majlis (parlement) de la République islamique chargée de la sécurité nationale et de la politique extérieure, Alaeddin Boroujerdi.

Le missile Shahab-3, d’une portée maximale de quelque 1.600 kilomètres, est le plus puissant des missiles fabriqués en Iran. Selon les spécialistes, ce missile permettrait à Téhéran de mettre en orbite basse (moins de 150 kilomètres) un satellite léger (pas plus de 300 kilogrammes).

Les paramètres pondéraux imposés par la puissance du missile déterminent les restrictions rigoureuses quant à la quantité d’équipements susceptibles d’être installés à bord du satellite et à ses performances. La masse de l’appareil ne peut être augmentée qu’en cas d’utilisation de lanceurs plus puissants.

D’après les spécialistes américains, l’Iran ne pourra pas créer son propre missile balistique intercontinental avant 2015. En attendant, Téhéran pourrait utiliser à ces fins des missiles étrangers, en premier lieu le nord-coréen BM-25, d’une portée de 2.400 kilomètres. Un tel lanceur ne permettra pas de mettre en orbite un satellite lourd, mais donnera la possibilité de construire des satellites de télécommunications et de reconnaissance d’une durée de vie de quelques mois.

Des appareils spatiaux pourraient être utilisés pour créer un système de navigation local permettant à l’Iran de diminuer sa dépendance du système de positionnement global (GPS), ainsi que de perfectionner son système de renseignements, de prévisions météorologiques, de télécommunications et autres.

Les "troupes spatiales" iraniennes ne pourraient devenir une force réelle que grâce à une production fiable de missiles balistiques intercontinentaux et de vaisseaux spatiaux, mais le pays ne pourrait pas atteindre un tel niveau de développement des technologies spatiales avant 15 ou 20 ans, estiment les spécialistes interrogés par Lenta.ru.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :