lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Décryptage du livre blanc sur la défense nationale de la Chine en (...)

Décryptage du livre blanc sur la défense nationale de la Chine en 2006

BeijingInformation.com

mardi 30 janvier 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le 29 décembre 2006, le Bureau d’information du Conseil des affaires d’État a publié un livre blanc sur la défense nationale de la Chine au cours de l’année. Chine information et reportage a demandé à Chen Zhou, de la Section de recherche sur les théories et les stratégies militaires de l’Académie des sciences militaires, d’interpréter le document.

Chine information et reportage (CIR) : C’est la cinquième édition du livre blanc intitulé Défense nationale chinoise (la première date de 1998). Quelles en sont les caractéristiques les plus remarquables ?

Chen Zhou : Le nouveau livre blanc reflète principalement les changements dans la situation sécuritaire internationale, les nouvelles mesures de défense nationale de la Chine et les progrès dans la construction de la défense et de l’armée chinoises. On peut le résumer ainsi :

- Il rappelle le concept fondamental de la Chine selon lequel la défense nationale aide au développement pacifique du pays. S’engager sur la voie d’un développement pacifique, construire une société harmonieuse et promouvoir l’édification d’un monde harmonieux est une politique nationale fondamentale de la Chine.

- On a accordé au concept scientifique de développement une place d’orientation dans la politique de défense nationale pour le nouveau siècle. Cela veut dire que, sous cette directive, la Chine poursuit sa transformation militaire selon des modalités propres, réalise un développement général, harmonieux et durable de la défense nationale et de l’armée.

- On a augmenté la transparence de la politique de défense nationale et des intentions stratégiques, dans le but d’accroître la confiance mutuelle entre les États. Le nouveau livre blanc interprète ouvertement la vision de la Chine sur plusieurs domaines, notamment l’environnement sécuritaire, la pensée stratégique sur la sécurité, la politique de défense nationale et les stratégies militaires, réfutant énergiquement l’argument d’une « menace militaire de la Chine ».

CIR : Quelles modifications méritent particulièrement l’attention ?

Chen : Il y en a plusieurs, du contenu à la structure. Par exemple, on a ajouté quatre chapitres : « Organigramme de la défense nationale », « Armée populaire de Libération », « Troupes de police armée populaire », et « Défense frontalière et maritime » ; par ailleurs, on a fait du « Budget de la défense nationale » un chapitre à part entière, augmentant ainsi la transparence de la défense nationale et des forces armées.

Dans l’explication de la politique de défense nationale de la Chine, on trouve la phrase : « La Chine poursuit une stratégie nucléaire défensive ». C’est la première fois que le livre blanc déclare ouvertement un tel genre de stratégie, la politique de non recours à l’arme nucléaire en premier, la directive de stratégie militaire pour la nouvelle période, le principe d’offensive-défensive et de développement limité.

C’est aussi la première fois que le livre blanc publie la stratégie de développement de la défense nationale et de modernisation de l’armée en trois étapes : jeter la base avant 2010, faire un plus grand progrès avant 2020 et réaliser vers le milieu du siècle les objectifs stratégiques d’informatisation de l’armée et de victoire dans la guerre informatique.

Le livre blanc contient aussi beaucoup de nouvelles idées : les missions historiques pour le nouveau siècle, la capacité de r éagir aux crises, de maintenir la paix et de contraindre la guerre. Au cœur de la directive de stratégie militaire pour la nouvelle période, il y a l’objectif de remporter les guerres régionales par l’informatique, mais l’on ne doit pas négliger la prévention automatique et la solution des crises, la contrainte de l’éclatement de conflits et de guerres.

CIR : Dans les éditions de 2002 et 2004, le premier chapitre était consacré à la situation sécuritaire internationale et nationale. C’est encore le cas en 2006. Quelles sont les différences de description et de jugement de la situation sécuritaire entre la nouvelle édition et les précédentes ?

Chen : En tant que document qui explicite généralement le jugement du gouvernement chinois sur la situation sécuritaire, le livre blanc sur la défense nationale a toujours fait l’objet d’une attention particulière à l’extérieur. La nouvelle édition ne fait pas exception.

D’abord, le jugement sur la situation sécuritaire dans le monde et en Asie-Pacifique reflète bien les nouvelles situations et les changements intervenus au cours des deux dernières années. Par exemple, avec les jugements « la paix et la sécurité dans le monde offrent plus d’occasions que de défis », « les menaces sécuritaires auxquelles la communauté internationale fait face tendent à la diversité et à la complexité », ou encore « les transformations militaires dans le monde se sont effectuées en profondeur, la concurrence militaire caractérisée par l’informatisation s’est aggravée », le livre blanc explicite bien les visions fondamentales du gouvernement chinois sur la situation sécuritaire internationale.

Ensuite, pour la première fois, le document analyse complètement l’environnement sécuritaire de notre pays. D’une part, il souligne un environnement sécuritaire national favorable : stabilité du développement, élévation de la puissance du pays, développement des relations extérieures, changement positif de la situation au détroit de Taiwan ; d’autre part, il indique que la sécurité nationale fait face à plusieurs défis, dont une connexité plus étroite des facteurs nationaux et internationaux, la fusion des éléments sécuritaires traditionnels et non traditionnels, la sévérité de la lutte contre les forces séparatistes à Taiwan…

Enfin, pour la première fois, le livre blanc résume la pensée stratégique de la sécurité nationale qu’est l’unité du développement et de la sécurité. Cette pensée met l’accent sur la construction d’une société socialiste harmonieuse à l’intérieur et la contribution à la construction d’un monde harmonieux sur le plan extérieur, tout en cherchant la sécurité nationale générale et la paix durable dans le monde ; on doit faire attention à tenir globalement compte du développement et de la sécurité intérieure et extérieure, de la sécurité traditionnelle et non traditionnelle, à maintenir la souveraineté nationale, la réunification et l’intégrité territoriale, défendre les intérêts de l’État, entretenir cette période stratégique pour le développement national ; on doit aussi s’efforcer de nouer des relations de coopération gagnant-gagnant, et promouvoir la sécurité commune avec d’autres pays.

CIR : Dans les paragraphes sur la politique de défense nationale de la Chine, on lit ces mots : « créer un environnement sécuritaire favorable au développement pacifique de notre pays ». Dans l’édition 2002, la mention correspondante disait : « la Chine sauvegarde la paix dans le monde et s’oppose à l’invasion et à l’expansion » ; celle de 2004 : « nous ferons de notre mieux pour obtenir sur le long terme un environnement international et régional favorable ». Comment analysez-vous ces modifications ?

Chen : « Sauvegarder la paix mondiale et s’opposer à l’invasion et à l’expansion » est une tâche importante de la défense nationale de la Chine. « Obtenir sur le long terme un environnement international et régional favorable » constitue l’une des raisons d’État fondamentales de la Chine. Enfin, « créer un environnement sécuritaire favorable au développement pacifique de notre pays » correspond au besoin de développer de nouvelles raisons d’État pour le nouveau siècle.

Le développement pacifique de la Chine ne peut se faire qu’avec la multipolarisation du monde, l’intégration dans la mondialisation économique et l’informatisation de la société. Les menaces sécuritaires auxquelles fait face la communauté internationale sont de plus en plus composites, diversifiées et compliquées et les intérêts de la Chine connaissent plusieurs nouvelles caractéristiques. La défense nationale du pays doit servir les stratégies de développement et de sécurité nationales. Cela nécessite que le pays fixe comme objectif primordial la création d’un environnement sécuritaire favorable au développement pacifique de l’État. La défense nationale doit prendre en charge la défense du développement des intérêts de l’État dans de nouvelles conditions historiques, la création d’un environnement sécuritaire favorable au développement pacifique, afin de jouer un rôle positif dans le maintien de la paix et de la stabilité régionales et mondiales.

CIR : Nous avons remarqué l’ajout de l’expression « réaliser le développement général, harmonieux et durable de la défense nationale et de l’armée ». Pouvez-vous parler du concept scientifique de développement concernant la construction de la défense nationale et de l’armée ?

Chen : Le concept scientifique de développement est l’orientation d’action de l’État pour la construction d’une société de moyenne aisance et aussi la directive d’orientation de l’édification de la défense nationale et de l’armée.

D’une part, il faut maintenir le développement harmonieux de l’édification de la défense nationale et de l’économie et intégrer l’édification de la défense nationale et de l’armée dans le système de développement socio-économique ; d’autre part, il faut renforcer et planifier de façon globale la construction de l’armée, pousser à l’innovation les organismes et la gestion militaires, et accroître l’efficacité et la modernisation de l’armée.

CIR : Le livre blanc réitère que la politique de défense nationale de la Chine est « défensive » et propose la directive de stratégie militaire de « défense active ». Quels sont les liens entre la politique de défense nationale « défensive » et la directive stratégique de « défense active ?

Chen : La politique de défense nationale est une représentation concentrée de la politique intérieure et extérieure d’un État dans le domaine de la défense, mais aussi un critère d’action fondamental pour l’édification de la défense nationale. La stratégie militaire est une part importante de la politique de défense nationale ; elle est l’art de préparer et orienter la situation générale de la construction et de la lutte militaires. Les deux sont étroitement liés, même inséparables.

La nature défensive de la politique de défense nationale de la Chine peut être expliquée par la résistance à l’agression, la défense de la patrie et du travail pacifique du peuple, comme décrit dans la Constitution de la république populaire. Dans la période actuelle, le caractère défensif de la défense nationale de la Chine est représenté par son but fondamental de sauvegarder la sécurité et la réunification nationale, d’assurer la construction d’une société de moyenne aisance, sans désir d’expansion ni de pouvoir hégémonique. Le développement de la défense nationale et du pouvoir militaire de la Chine n’a pas outrepassé les besoins de la défense de sa souveraineté et ne menace donc pas la paix et la stabilité des régions voisines.

La directive stratégique militaire de « défense active » et la politique de défense nationale défensive font continuité. Mais la défense n’est pas passive ; il y a attaque sur le plan de la défense. En temps de paix, cela veut dire fournir des efforts pour empêcher la guerre et se préparer à remporter une guerre défensive ; en temps de guerre, cela veut dire trouver l’équilibre, au cours des combats, entre défense stratégique et offensive active.

CIR : Le livre blanc affirme dans sa préface que « le gouvernement chinois lie les intérêts fondamentaux du peuple chinois avec les intérêts communs des peuples des divers pays ». Quel est son lien avec la politique de défense nationale ? Comment comprenez-vous cette politique en tenant compte de la voie de développement pacifique que poursuit la Chine ?

Chen : Si la Chine pratique une politique de défense nationale défensive, il faut tenir compte aussi de l’approfondissement, en arrière-plan, de la mondialisation économique, car celle-ci exige la consolidation de rapports d’intérêt mutuel entre les pays. Pour favoriser ses propres intérêts, chaque pays doit penser à ceux des autres ainsi qu’aux intérêts qu’ils ont en commun. La Chine ne fait pas exception.

La Chine n’a jamais été aussi étroitement liée avec le monde qu’aujourd’hui ; une « société harmonieuse » est inséparable d’un « monde harmonieux ». D’une part, le développement de la Chine subira une influence plus grande de l’environnement stratégique international ; d’autre part, la Chine jouera un rôle plus actif dans le maintien de la paix et de la stabilité mondiales. Sur la voie d’un développement pacifique, nous ne pouvons réaliser réellement la reprise de notre nation qu’en combinant nos intérêts fondamentaux avec ceux des autres peuples. Réaliser la sécurité nationale en comptant sur l’harmonie intérieure et extérieure est notre politique nationale fondamentale. Aujourd’hui ou dans l’avenir, la Chine ne recourra jamais à l’expansion ni ne prétendra jamais à l’hégémonie.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :