vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le Pentagone va créer un commandement unifié pour l’Afrique

Le Pentagone va créer un commandement unifié pour l’Afrique

Le Monde, avec AFP et Reuters

mercredi 7 février 2007, sélectionné par Spyworld

logo

"Le président [George W. Bush] a décidé de créer un nouveau commandement unifié pour l’Afrique", a annoncé, mardi 6 février, le nouveau secrétaire à la défense américain, Robert Gates, lors d’une audition devant la commission du Sénat sur les forces armées.

Le continent africain au Pentagone était jusqu’à présent sous la responsabilité de trois commandements régionaux : le commandement central (Centcom), qui supervise le Proche-Orient, pour la Corne de l’Afrique, le commandement pour le Pacifique pour Madagascar, et le commandement pour l’Europe pour la plus grande partie de l’Afrique.

Les Etats-Unis, engagés dans une guerre contre le terrorisme à l’échelle internationale, redoutent de voir des mouvements extrémistes trop exposés en Afghanistan ou au Moyen-Orient se retrancher en Afrique subsaharienne. Ce commandement sera chargé de développer la coopération militaire avec les pays africains, d’apporter "un soutien à des missions non militaires" et de mener "des opérations militaires sur le continent africain" si elles sont décidées par le gouvernement américain, a expliqué M. Gates.

LA SOMALIE PARTICULIÈREMENT VISÉE

Dernièrement, les Etats-Unis ont soutenu l’offensive militaire éthiopienne qui a évincé, fin décembre-début janvier, les islamistes somaliens qui contrôlaient la majorité du sud et du centre du pays, et étaient accusés par de nombreux observateurs de protéger des membres d’Al-Qaida. Washington a reconnu avoir mené en janvier deux raids aériens visant des islamistes somaliens.

Le gouvernement américain pense que parmi les membres d’Al-Qaida se trouvant en Somalie figure le Comorien Fazul Abdullah Mohammed et le Kényan Saleh Ali Saleh Nabhan, impliqués dans les attentats de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, qui avaient fait 224 morts, ainsi qu’Abu Talha Al-Sudani, un Soudanais proche d’Oussama Ben Laden et expert en explosifs.

Les détracteurs de la politique américaine jugent toutefois que Washington exagère l’influence d’Al-Qaida sur les islamistes somaliens, dans le but de poursuivre ses objectifs géostratégiques dans la Corne de l’Afrique.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :