dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Italie : un militaire américain va être jugé pour la mort de Nicola (...)

Italie : un militaire américain va être jugé pour la mort de Nicola Calipari

AFP

mercredi 7 février 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un juge italien a décidé mercredi de renvoyer devant la justice un soldat américain pour le meurtre en mars 2005 près de Bagdad de l’agent secret italien, Nicola Calipari, au risque de tendre encore davantage les relations Rome-Washington. Le juge des audiences préliminaires, Sante Spinaci, a décidé le renvoi en justice du Marine américain Mario Lozano pour homicide volontaire et double tentative d’homicide. Le procès se déroulera par contumace devant une cour d’assises de Rome à partir du 17 avril.

Chef de mission des services secrets militaires italiens, Nicola Calipari, 51 ans, a été tué par les tirs d’une patrouille américaine le 4 mars 2005 alors qu’il accompagnait à l’aéroport de Bagdad la journaliste italienne Giuliana Sgrena, prise en otage un mois auparavant et dont il venait d’obtenir la libération. La double tentative d’homicide concerne Mme Sgrena et un officier des carabiniers, Andrea Carpani, également blessés lors de la fusillade.

"C’est un grand pas en avant parce que nous voulions un procès, et nous verrons bien sur quoi cela débouche. Nous voulons connaître la vérité", a déclaré Giuliana Sgrena à l’AFP.

"Je suis très satisfaite de ce premier pas vers la vérité", a commenté la veuve de Nicola Calipari, Rosa, 48 ans, qui est sénatrice du parti de l’Olivier (centre-gauche).

La mort de Nicola Calipari a profondément ému l’Italie qui avait organisé des funérailles nationales pour cette homme devenu un héros national.

Elle a également tendu les relations entre Rome et Washington, les deux gouvernements ne parvenant pas à se mettre d’accord sur les responsabilités dans cette affaire.

Les Etats-Unis assurent que leurs militaires se sont comportés de manière réglementaire, que le véhicule des Italiens roulait trop vite, qu’il n’avait pas ralenti, et également que Rome n’avait pas prévenu l’armée américaine de cette opération.

De son côté, l’Italie affirme que la mort de Nicola Calipari est due à une erreur dans le comportement des militaires américains qui surveillaient la route de l’aéroport, et que le barrage était tenu par des soldats tendus et inexpérimentés.

La décision du juge romain risque de raviver les tensions entre les deux pays à un moment où leurs rapports sont déjà assombris par plusieurs dossiers, le dernier en date touchant la mission militaire internationale en Afghanistan.

L’Italie a très mal pris mardi une lettre ouverte signée par six ambassadeurs à Rome, dont celui des Etats-Unis, l’appelant à maintenir ses troupes en Afghanistan, y voyant une ingérence "extérieur inopportune".

Cette lettre a été publiée alors que le chef du gouvernement Romano Prodi est engagé dans des discussions délicates sur le refinancement de la mission militaire italienne en Afghanistan, à laquelle s’opposent les Verts et les communistes de l’aile pacifiste de la majorité.

Washington a défendu son ambassadeur, arguant qu’on "devrait pouvoir avoir ces discussions entre amis" et que sa lettre était "totalement conforme à la politique américaine".

S’ajoute à ce contentieux, l’élargissement controversé de la base militaire américaine de Vicenza (nord). Accordé du bout des lèvres par Romano Prodi au motif que le feu vert avait déjà été donné par son prédécesseur Silvio Berlusconi, cet agrandissement continue de susciter des manifestations d’opposition.

Enfin, la justice italienne poursuit une procédure contre 26 agents de la CIA accusés de l’enlèvement en Italie en 2003 d’un ex-imam égyptien et réclame leur extradition.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :