mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > La France dans la guerre de l’information

La France dans la guerre de l’information

Jacques Myard, Infoguerre.com

vendredi 16 février 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Député des Yvelines et membre de la commission des affaires étrangères, Jacques Myard part du constat que l’information est désormais une arme à part entière dans les relations internationales comme dans la guerre économique. Son livre nous invite à prendre en compte les nouvelles menaces informationnelles pour que la France se dote des stratégies et des moyens de prévention et de réponse appropriés

acques Myard a rédigé cet ouvrage après un an et demi d’enquête auprès d’une soixantaine de personnes rencontrées en France, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Egypte et au Qatar. Pour l’appuyer dans sa démarche, l’auteur a demandé à Bernard Carayon, député du Tarn et en charge des questions d’Intelligence économique, d’en rédiger la préface, et à Alain Bauer, criminologue, d’en écrire l’avant-propos.

M. Myard explique que cette étude est née d’un « constat effrayant » dressé après avoir participé à la mission d’information de l’Assemblée nationale sur le Rwanda en 1998. La France avait été incapable de contrer une campagne internationale de désinformation très bien coordonnée mettant en cause son rôle dans le génocide des Tutsis. Etant donné que l’information et la désinformation sont devenues pour les Etats, pour les multinationales et pour les lobbies en tout genre des outils, voire des armes, de leur politique internationale d’influence, l’auteur a cherché à mettre en lumière ces méthodes afin de s’en inspirer et pour mieux s’en défendre à l’avenir.

Cette étude revient sur la manipulation des médias et des journalistes avec notamment les conséquences des nouveaux moyens désormais à disposition. Fort de cette introduction contextuelle et conceptuelle, l’auteur revient sur deux cas de désinformation, le Rwanda et l’Irak, pour en décrypter la construction, l’orchestration et la diffusion.

« Les moyens employés par le gouvernement des Etats-Unis pour parvenir à ses fins, notamment pour rallier à ses thèses l’opinion publique internationale dans le cas de l’Irak, apparaissent comme des méthodes nouvelles pour tenter de manipuler les esprits et les médias en particulier. Les Etats-Unis étant un pays démocratique, ces tentatives de manipulation, de formatage de l’opinion ont pu être analysées pratiquement à livre ouvert, et constituent un véritable cas d’école des méthodes modernes utilisables par des Etats pour parvenir à leurs fins. »

Pour affronter ces enjeux liés à la société globale de l’information, Jacques Myard expose 16 propositions afin que la France mette en place une stratégie en 3 volets :

1. Savoir ce qui se prépare sur le front de l’information et de la désinformation sur la scène internationale a. Garantir à la France la pleine maîtrise de la chaîne du renseignement b. Construire des passerelles entre le renseignement français et le circuit de décision gouvernemental en créant une agence nationale du renseignement c. Dédramatiser le rôle des services de renseignement en institutionnalisant un suivi parlementaire des services de renseignement (Lire à ce propos le dernier livre de Pascal Junghans dont nous vous proposerons prochainement une présentation) d. Maintenir et développer le réseau international de l’Agence France Presse (AFP) e. Former les journalistes aux risques et techniques de désinformation f. Etablir des règles d’insertion des journalistes dans les unités militaires, négociées par les acteurs

2. Faire savoir son action et ses prises de positions a. Garantir et diversifier la présence de médias français dans toutes les régions du monde b. Relancer la francophonie par l’accroissement des moyens destinés à l’enseignement du français à l’étranger et le recrutement actif d’étudiants étrangers dans les pays émergents c. Affirmer la consubstantialité de la politique de la communication d. Développer une culture de diffusion de l’information dans la sphère administrative e. Mettre en place des stratégies de communication type sur les sujets jugés prioritaires de notre politique étrangère f. Accroître la visibilité des diplomates français dans l’espace de réflexion et de communication publiques de leur pays d’affectation

3. Contre-attaquer face aux opérations de désinformation avérées a. Mettre en place une « force de réaction rapide » en réaction aux campagnes de désinformation manifestes b. Renforcer les moyens de veille et de contre-attaque sur Internet c. Définir une stratégie d’action nationale multiforme en matière d’intelligence économique d. Favoriser la prise de parole des parlementaires sur les chaînes de télévision étrangères sur les questions de politique internationale

L’auteur conclue par ces quelques lignes qui résume l’ambition de son livre : « Dans la bataille de l’information qui se joue aujourd’hui sur la scène internationale, la France doit être dotée de moyens qui soient à la hauteur de ses ambitions de politique étrangère. Le développement accéléré des nouvelles technologies de l’information nous impose de remettre en perspective la manière trop traditionnelle dont nous concevons l’information dans la conduite de notre politique étrangère. »

On ne peut que regretter l’accueil qui a été fait à cet ouvrage par l’Assemblée nationale, et déplorons, tout comme l’auteur, que cette étude n’ait pu être publiée par l’Assemblée. Jacques Myard explique les raisons de la non-publication sous le timbre de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée : « Le Président de la Commission des Affaires étrangères a estimé que cette analyse, qu’il ne contestait pas sur le fond, stigmatisait l’administration américaine (…) Il n’était pas « convenable » de dénoncer ainsi les méthodes d’un pays ami et allié de la France, mieux valait s’en tenir à des rapports insipides et lisses qui ne fâchent personne. (…) Concevoir les relations internationales sous l’angle du convenable, du non-dit pour ne point fâcher, constitue non seulement un singulier manque de courage mais aussi une faute au nom de la défense bien comprise de nos intérêts. »

Nous conseillons donc vivement la lecture de cet ouvrage clair, précis et instructif, et encourageons chaleureusement à présent la rédaction d’un ouvrage similaire adapté cette fois aux contextes et aux contraintes des entreprises dans le cadre d’une économie et d’une information globalisée.

AVS

Myard, Jacques, La France dans la guerre de l’information. Information, désinformation et géostratégie, L’Harmattan, 2006.

- Pour commander le livre : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=22274


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :