samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Le tribunal réclame la déclassification d’un document

Le tribunal réclame la déclassification d’un document

AFP

lundi 19 février 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le tribunal qui juge les accusés des attentats islamistes du 11 mars 2004 à Madrid a réclamé lundi la déclassification d’un document des services secrets dans lequel le principal accusé espagnol ferait état de liens entre un auteur du massacre et deux membres de l’ETA.

Le tribunal présidé par Javier Gomez Bermudez, a ainsi accédé à une demande de l’avocat du Marocain Rafa Zouhier, a-t-on indiqué de source judiciaire en marge du procès.

Il souligne qu’il appartient au gouvernement de se prononcer sur sa demande de déclassification et suggère que l’identité des agents du CNI figurant sur ce document soit maintenue secrète.

Selon l’édition dominicale du quotidien El Mundo, l’Espagnol accusé d’être le principal fournisseur des explosifs utilisés le 11 mars 2004, José Emilio Suarez Trashorras, aurait assuré à un colonel du Centre national d’intelligence (CNI, renseignement) qu’un des auteurs du massacre, Jamal Ahmidan, alias « Le Chinois » connaissait deux membres de l’organisation indépendantiste basque ETA.

Il s’agit d’Irkus Badillo et Gorka Vidal, interpellés quelques jours avant les attentats du 11 mars 2004 alors qu’ils transportaient vers Madrid 500 kg d’explosifs, d’une nature distincte de ceux utilisés contre les trains de Madrid, et qui ont été condamnés récemment à 22 ans de prison pour ces faits.

Tous deux ont par ailleurs été cités comme témoins par un autre accusé marocain, Jamal Zougam.

Jamal Ahmidan s’est pour sa part immolé à l’explosif avec six autres auteurs présumés des attentats de Madrid, le 3 avril 2004 à Léganès, dans la banlieue de Madrid, lors du siège policier de leur appartement.

Trashorras, l’un des sept principaux accusés au procès, a largement contribué ces derniers mois, dans une interview fleuve au quotidien El Mundo, à alimenter la « théorie du complot » selon laquelle l’ETÀ aurait manipulé les auteurs des attentats du 11 mars.

Cette thèse a été totalement écartée par l’enquête policière et judiciaire.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :