mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Le successeur d’Hélios s’appellera Musis - Multinational (...)

Le successeur d’Hélios s’appellera Musis - Multinational Spacebased Imaging System

Spyworld-actu.com

dimanche 25 février 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La troisième génération des satellites d’observation français s’appellera Musis, pour Multinational Spacebased Imaging System.

Cette nouvelle génération de satellite d’observation optique devrait encore accroître la résolution des images ainsi que la réactivité des satellites.

Musis possèdera un équipement optique Extremement Haute Résolution (EHR) et un équipement radar Très Haute Résolution (THR).

Le développement se fait en coopération avec les actuels partenaires Hélios : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la Grèce et l’Italie. Les études porteront sur l’architecture générale du système ainsi que le segment sol. La France fera des études supplémentaires sur la composante optique du satellite, domaine où elle est pionnière.

Le début de la phase de conception devrait intervenir cette année. La mise en orbite devrait être faite avant 2014, date prévisionnelle pour la fin de vie de Helios IIB (même si la durée de vie d’un satellite est souvent supérieure aux prévisions, par exemple Hélios IA lancé en 1995 fonctionne encore parfaitement, au contraire de Hélios IB lancé en 1999 qui a cessé de fonctionner en 2004). Le lancement par une Ariane 5 d’Hélios IIB interviendra au premier semestre 2009.

A noter qu’avec les lancements prévus cette année des satellites radars Cosmo-Skymed (Italie) et Sar-Lupe (Allemagne), la France et ses partenaires disposeront d’une capacité d’observation tout temps, même en cas de couverture nuageuse.

En ce qui concerne le successeur du démonstrateur Essaim, il s’appellera Elisa. Composé aussi de quatre micro-satellites en cours de réalisation, il devrait être lancé en 2010 pour une durée d’exploitation de trois ans.

Après cette étape, la France pourra concevoir et lancer un satellite d’écoute électromagnétique pour une mise en service opérationnel à l’horizon 2013.

Ce programme est pour le moment conduit uniquement par la France car la coopération dans le domaine du ROEM (Renseignement d’Origine Electro-Magnétique) n’est pas aisée.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :