mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Alliot-Marie appelle à rassembler et mieux coordonner les services de (...)

Alliot-Marie appelle à rassembler et mieux coordonner les services de renseignement

AFP

mercredi 7 mars 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, a appelé mercredi à "rassembler" et "mieux coordonner" les services de renseignement pour affronter une menace désormais "globale", lors de la "Journée UMP de la Défense" à Paris. "Il est indispensable que cette mission soit mieux rassemblée, mieux coordonnée", a-t-elle déclaré lors de cette journée qui doit être clôturée par un discours de Nicolas Sarkozy en fin d’après-midi.

Mme Alliot-Marie a expliqué avoir "essayé de le faire au ministère de la Défense depuis plus d’un an avec une cellule de coordination des services de renseignement, y compris sur le terrain".

Mais elle a jugé les compétences encore "trop dispersées" dans son propre ministère, nommant la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction du renseignement militaire (DRM) et la Direction de la protection et de la sécurité de la Défense (DPSD).

"Elles sont également trop dispersées entre plusieurs ministères qui ont des services de renseignement", a enchaîné Mme Alliot-Marie, en présence notamment du ministre de l’Intérieur et candidat UMP à la présidentielle et de l’un de ses soutiens, le philosophe André Glucksmann.

"La menace est globale et on ne peut plus distinguer aujourd’hui entre la sécurité intérieure et la sécurité extérieure", a-t-elle encore plaidé devant un parterre de spécialistes des questions de défense et de militants.

Prédisant une place "de plus en plus importante" du renseignement, elle a appelé à un développement de ses composantes techniques et humaines, invoquant l’émergence de nouveaux risques technologiques, énergétiques ou informatiques.

La ministre de la Défense juge nécessaire de "développer les capacités linguistiques des militaires" sur les langues rares, indiquant qu’une base de données des langues parlées par les réservistes avait déjà été constituée.

Mais elle estime qu’il faut aussi consentir un "effort pour valoriser les métiers du renseignement au sein de la carrière militaire".

Notant qu’un "certain nombre de structures de coordination et de suivi, notamment financier, des services de renseignement" existaient déjà, elle s’est cependant prononcée en faveur d’une "délégation parlementaire pour le renseignement".

Dans une interview au Parisien parue mercredi, le délégué général UMP à la Défense, Pierre Lellouche, a suggéré la création d’un "poste de conseiller national de sécurité" qui serait "de niveau ministériel".

Il réunirait des fonctions jusqu’ici partagées entre le chef d’état-major particulier du président, le conseiller diplomatique de l’Elysée et le secrétaire général de la défense nationale, a détaillé le conseiller défense de Nicolas Sarkozy.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :