jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Nouveau chef pour le MI5, les renseignements britanniques

Nouveau chef pour le MI5, les renseignements britanniques

Reuters

mercredi 7 mars 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le gouvernement britannique a désigné mercredi un nouveau directeur général pour les services de renseignement intérieurs (MI5), au moment où Londres dit faire face à une menace terroriste d’une gravité sans précédent.

Jonathan Evans, précédemment numéro deux du MI5, remplacera le 8 avril Eliza Manningham-Buller, qui a annoncé à la fin de l’an dernier sa décision de démissionner, a fait savoir un porte-parole du Home Office.

Agé de 49 ans, Evans était donné favori pour lui succéder.

Entré au MI5 en 1980, il a fait partie du contre-espionnage avant d’être affecté à la lutte contre le terrorisme lié à l’Irlande du Nord. Il est devenu chef de la branche antiterroriste internationale du MI5 en 2001, dix jours avant les attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis.

Le MI5 considère comme "grave" ou "sévère" la menace pesant actuellement sur la Grande-Bretagne, ce qui correspond au second degré d’alerte le plus élevé sur une échelle qui en compte cinq et signifie qu’un attentat est jugé "très probable".

Ian Blair, chef de la police londonienne, a jugé la menace actuelle "sans précédent".

Les chefs du MI5 prenant rarement la parole en public, Manningham-Buller a fait les grands titres des médias en novembre dernier en prononçant un discours où elle annonçait que des activistes musulmans projetaient une trentaine d’attentats en Grande-Bretagne.

COMPLOTS DEJOUES

Elle précisait que ses services et ceux de la police surveillaient quelque 200 groupes ou réseaux et 1.600 personnes "activement impliqués dans la préparation ou la facilitation d’actes de terrorisme dans le pays et à l’étranger".

Les menaces futures pourraient se traduire par un "recours à des agents chimiques et bactériologiques, à des matériaux radioactifs et même à la technologie nucléaire", ajoutait-elle.

La Grande-Bretagne a connu les premiers attentats suicides perpétrés en Europe le 7 juillet 2005, date à laquelle quatre jeunes musulmans britanniques se sont fait exploser dans les transports publics londoniens, tuant 52 personnes.

Depuis lors, les autorités disent avoir déjoué une demi-douzaine d’attentats islamistes. Le dernier en date, révélé en janvier, visait apparemment à enlever et à tuer un soldat britannique de confession musulmane.

Les milieux de la sécurité disent se concentrer sur des activistes ayant grandi en Grande-Bretagne et possédant pour la plupart la nationalité du pays. Une série d’enquêtes récentes ont mis en évidence des liens entre des musulmans britanniques et des extrémistes basés à l’étranger, notamment au Pakistan.

Dans les mêmes milieux, on reconnaît que l’augmentation rapide du nombre d’extrémistes présumés tient au rôle important joué par la Grande-Bretagne dans l’invasion et l’occupation de l’Irak, que les activistes présentent comme une guerre contre l’islam.

Pour contrecarrer la menace, le MI5 s’est engagé dans une politique d’accroissement résolu de ses effectifs, qui seront deux fois plus importants d’ici à 2008 qu’au moment des attentats du 11-Septembre.

JPEG - 14.1 ko

Photo d’archives/REUTERS/Crown Copyright


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :