dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > 1res Assises sur l’Intelligence économique à l’initiative du (...)

1res Assises sur l’Intelligence économique à l’initiative du groupe VIP

Nabila Saïdoun, Liberte-Algerie.com

dimanche 11 mars 2007, sélectionné par Spyworld

logo

L’entreprise entre réalité économique et lobbying

Une école algérienne d’intelligence économique, dont les diplômes seront signés par l’École européenne d’Intelligence économique de Versailles (France), verra le jour en septembre prochain.

Ils ne sont peut-être pas les pionniers en la matière comparativement aux Américains et aux Anglo-saxons, mais leur expérience n’est pas moindre concernant le concept “d’Intelligence économique” et à même de donner un sérieux coup de main aux Algériens pour se mettre au diapason de ce qui se fait dans le monde. C’est du moins ce qui ressort de la première journée des assises sur “l’Intelligence économique” qui se tiennent depuis hier à l’hôtel El-Aurassi à l’initiative du Groupe VIP qui n’a pas lésiné sur les moyens pour convier d’éminents docteurs et experts du domaine et d’annoncer à l’occasion la prochaine création d’une école algérienne (septembre prochain) sur l’IE au profit du corps professoral (formation des formateurs) et de candidats issus des entreprises. Cette initiative sera soutenue, pédagogiquement, par l’École européenne de l’Intelligence économique (EEIE) de Versailles et sera signataire des diplômes. Cette collaboration entre le groupe VIP et notre école consiste dans un apport sur le plan d’ingénierie pédagogique. “Les modules aborderont en premier une introduction générale sur l’état du monde pour passer ensuite à des thèmes plus précis tels que l’expression des besoins techniques, les techniques de recherche d’information à caractère électronique ou non, les techniques de traitement de l’information et les techniques de diffusion de cette même information ainsi que la notion de la protection des actifs de l’entreprise”, nous a déclaré M. Benoit de Saint-Sernin, DG de l’EEIE. Celui-ci explique la pertinence de cette démarche, visiblement, indispensable à l’entreprise et permettra à terme aux acteurs économiques de parler le même langage économique quelle que soit leur nationalité.

“L’Intelligence économique est l’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement, de distribution et de protection de l’information obtenue légalement, utile aux acteurs économiques en vue de la mise en œuvre de leurs stratégies individuelles et collectives”, qualifient les spécialistes du domaine estimant cette démarche fondée sur le principe de management (Knowledge Management) contribue de façon directe à pérenniser l’entreprise, lui apprendre à réagir vite et marquer une différence et l’accompagner pour une vision à long terme. C’est, d’ailleurs, ce qui a été expliqué par M. André François d’Int-Eco Consulting qui est un bureau conseil à même d’intervenir pour redresser la barre dans une entreprise ou la mettre sur les rails pour un processus de développement.

Autrement dit, il est question de recherche d’opportunités nouvelles, d’appui au développement des projets, maîtrise des risques qui a été même au cœur des débats qui ont caractérisé la rencontre d’hier non dénuée de nombreuses interrogations d’une assistance très intéressée par le sujet. Si certaines de nos entreprises comme Sonatrach ou les banques sont plutôt familiarisées avec le sujet, la plupart des PME-PMI sont au point de la découverte. L’inévitable recours du commercial puisque l’IE met à sa disposition toutes les ressources en guise d’armes nécessaires pour faire face non seulement à la concurrence mais aussi à la mutation du marché. D’où l’idée de prévenir et d’anticiper, plaidée par les interventions qui ont, par ailleurs, insisté sur l’inégalable intuition du chef d’entreprise pour ce qui est du choix des décisions mais aussi à gérer son personnel et créer l’esprit d’équipe. Car les collaborateurs sont justement là pour protéger l’entreprise contre tous les dangers que lui font courir des concurrents impitoyables : le débauchage de personnel sensible, ébruitement de fausses informations, le dumping, l’espionnage technologique…

Les intervenants se sont également prononcés sur la capacité de distinction et l’aptitude de saisir au volet des opportunités d’information dans un monde où la compétitivité pèse de tout son poids. C’est justement là que s’incruste le lobbying dans un marché qui, après avoir dépassé la notion de l’offre et de la demande, s’est transformé en marché de connaissances dans lequel l’outil informatique, Internet notamment, joue un rôle primordial.

“Le directeur de la communication ou de l’information sera considéré dans l’avenir comme étant le pivot d’une entreprise au même titre que le directeur financier”, conclura M. Surnin pour illustrer le rôle des médias et de l’information qui constitue une sorte de matière première pour avoir de l’influence sur l’environnement économique d’une entreprise. L’Intelligence économique, selon les experts, s’éloigne totalement de l’espionnage dans la limite où elle s’opère dans la légalité et le respect des lois en vigueur.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :