mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Vers des standards technologiques internationaux dans la défense

Vers des standards technologiques internationaux dans la défense

mardi 28 septembre 2004, sélectionné par Spyworld

WASHINGTON (Reuters) - Les cinq principaux groupes américains de défense ont présenté mardi une alliance avec certains de leurs concurrents européens et d’autres entreprises américaines de haute technologie visant à développer des standards technologiques permettant d’améliorer la communication entre les futurs systèmes d’armement.

Les 28 entreprises signataires, emmenées par Boeing, ont expliqué vouloir développer une sorte de "code" commun permettant aux états-majors et aux services de renseignement d’utiliser des systèmes d’origines diverses capables de communiquer entre eux.

Les incompatibilités entre technologies différentes ont parfois causé des difficultés aux troupes américaines en opérations, en ralentissant les communications. Des problèmes similaires avaient perturbé les transmissions entre pompiers et policiers le 11 septembre 2001 après les attentats de New York et Washington.

Carl Berry, vice-président de Boeing et ancien général de l’US Air Force, a déclaré lors d’une conférence de presse que des standards technologiques communs permettraient à l’avenir de sauver des vies sur le champ de bataille et parmi les civils.

"L’urgence de la situation actuelle a conduit ces entreprises à s’unir là où elles n’avaient cessé de s’affronter dans le passé", a dit de son côté Gary O’Shaughnessy, vice-président du développement de l’éditeur de logiciels Oracle, lui aussi membre du consortium.

Les entreprises membres du nouveau "Network Centric Operations Industry Consortium" n’ont fixé aucune échéance pour la développement d’une infrastructure de réseau commune permettant à leurs produits de communiquer entre eux.

Ils ont en revanche expliqué que les résultats de leurs recherches conjointes pourraient, à terme, tomber dans le domaine public.

Ils ont ajouté s’attendre à accueillir de nouveaux membres et expliqué que le Pentagone, les services de renseignement et d’autres agences gouvernementales contribueraient à orienter ces travaux dans le cadre d’un comité de conseil présidé par Paul Kaminski, ancien directeur des achats du Pentagone.

Le consortium réunit pour l’instant, outre Boeing et Oracle, les groupes américains Lockheed Martin et Honeywell International ainsi que les européens EADS, BAE Systems et Saab.

Tous ont assuré que cette alliance visant à améliorer l’interopérabilité de leurs systèmes ne nuirait pas à la concurrence.

"Ce consortium ne réduit pas la concurrence", a dit Kaminski. "Le problème est d’éviter une concurrence inutile à propos de normes qui ne seraient pas ouvertes".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :