mercredi 23 juillet 2014

Accueil du site > Défense > International > Armement : la Chine inquiète l’Amérique

Armement : la Chine inquiète l’Amérique

Tunishebdo.com.tn

mercredi 14 mars 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La Chine a augmenté de 17,8% l’enveloppe de son budget militaire pour l’année en cours (2007). Cette décision a été rendue publique par le porte-parole de l’Assemblée populaire chinoise (Parlement) lors des débats annuels sur le budget de l’Etat. Avec cette augmentation, le budget de l’armée atteint 7,5% du budget général, soit 350 milliards de yuans (l’équivalent de 45 milliards de dollars).

Dans son discours d’ouverture, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a souligné la détermination de son gouvernement de moderniser les forces armées de son pays, affirmant que « la construction d’un système de défense nationale et d’une armée du peuple puissante est une tâche stratégique de la modernisation socialiste ». Il n’en fallait pas plus pour déclencher aux Etats-Unis d’Amérique une vague de critiques contre les « intentions bellicistes » de Pékin. Washington trouve dans l’augmentation progressive, depuis une vingtaine d’années, du budget militaire de la Chine un « signe inquiétant » et une « menace » pour plusieurs pays voisins, notamment pour Taïwan et le Japon : « Ce genre de dépenses n’inquiète pas que nous, il suscite aussi l’inquiétude parmi les voisins de la Chine. Cela contredit la politique chinoise de développement pacifique », a déclaré un des porte-parole de la Maison Blanche, Gordon Johndrœ.

Les Américains, dont le budget militaire est plus de dix fois plus important que celui annoncé par la Chine, soupçonnent celle-ci de cacher la vérité. Selon eux, le pays de Mao dépenserait pour fortifier son armée quelque 115 milliards de dollars par an ; ce qui le placerait désormais au deuxième rang mondial. Très loin cependant derrière les Etats-Unis, où l’Administration Bush a réclamé cette année 484 milliards de dollars pour son budget de “Défense” (compte non tenu des dépenses engagées en Irak et en Afghanistan). La politique militaire chinoise a enregistré ces dernières années un bond qualitatif suffisamment important pour inquiéter l’OTAN en général et le Pentagone en particulier. Terre, mer, espace… la montée en puissance s’affirme et les Chinois gagnent du terrain sur tous les fronts, géographiques comme technologiques. Sous-marins, missiles, renseignement, l’ancien empire du milieu enregistre des avancées considérables dans des domaines extrêmement pointus. Il accumule les performances tout en réduisant le personnel militaire (au moins, deux cents mille postes supprimés depuis 2003), préférant investir dans la recherche.

Ce qui inquiète particulièrement Washington, ce sont les performances enregistrées dans un domaine aussi sensible que le renseignement. En janvier dernier, la Chine a provoqué la stupeur de l’Occident en détruisant un de ses vieux satellites météorologiques, situé à 800 kilomètres du sol. Le succès parfait de ce tir de missile anti-satellite a été abondamment commenté aux USA et dans plusieurs capitales européennes, y voyant un moyen puissant supplémentaire, capable de menacer la présence occidentale dans le ciel asiatique. Désormais, le savoir-faire chinois peut rendre « aveugles » — donc inopérants — les satellites-espions de l’Amérique et de ses alliés.

Last, but not least, Pékin, qui dispose désormais de sous-marins à propulsion nucléaire, aurait réussi un coup de maître en lançant, à titre d’essai, des missiles à 8000 kilomètres. De quoi menacer la puissance navale des Etats-Unis dans le Pacifique et perturber son rythme de croisière.

Désemparés, les States ont annoncé la livraison prochaine de quelque 443 missiles à Taiwan, première mesure qui sera suivie par d’autres. La Chine a réagi vigoureusement. La « deuxième guerre froide » entre Pékin et Washington va-t-elle commencer ?…


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :