lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > La FIDH dénonce l’usage liberticide des lois antiterroristes en (...)

La FIDH dénonce l’usage liberticide des lois antiterroristes en 2006

Jean-Pierre Stroobants, le Monde

jeudi 15 mars 2007, sélectionné par Spyworld

logo

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme a publié, mercredi 14 mars, un rapport alarmant sur la situation de quelque 1 306 personnes, dans 90 pays. Des défenseurs des libertés ont été assassinés (la journaliste Anna Politkovskaïa en Russie, le syndicaliste Thabet Hussein Ali en Irak, le militant écologiste Thares Sodsri en Thaïlande...), mais, plus généralement, 2006 aura marqué le renforcement d’une tendance, explique l’Observatoire : le recours à l’arsenal législatif, notamment antiterroriste, pour restreindre les libertés d’association, d’expression et de rassemblement pacifique.

Création conjointe de la Fédération internationale des droits de l’homme et de l’Organisation mondiale contre la torture, l’Observatoire a dressé la liste des pays où la défense des droits de l’homme est la plus difficile et la plus dangereuse. La Colombie arrive en tête de ce classement (207 cas de défenseurs tués ou menacés), devant le Népal (103) et la Chine.

Le rapport insiste également sur le contexte "hostile et risqué" de l’Afrique, où, en dehors de la Mauritanie, la situation des droits de l’homme s’est aggravée un peu partout : au Soudan, au Tchad, au Burundi, en République démocratique du Congo, au Zimbabwe, etc.

De nombreux cas de violences directes ont été recensés et un grand nombre de défenseurs africains sont confrontés au harcèlement, à des campagnes de diffamation ou à des menaces de mort.

Trois Etats de l’Union européenne sont aussi dénoncés : la Grèce, pour son action contre des groupes de défense de Roms, le Royaume-Uni au sujet d’enquêtes sur des assassinats en Irlande du Nord, la Belgique pour avoir harcelé des groupes de soutien aux sans-papiers.

Le rapport insiste encore sur la situation particulière des femmes qui défendent les droits de l’homme, notamment en Iran, au Pakistan et en Afghanistan. En Colombie, des femmes qui refusent de collaborer avec des groupes paramilitaires font l’objet de mesures de rétorsion. Au Pérou et au Nicaragua, celles qui militent pour l’avortement sont en situation difficile.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :