mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’ex-chef du renseignement militaire a vu des assassins présumés de (...)

L’ex-chef du renseignement militaire a vu des assassins présumés de Djindjic

AFP

mercredi 21 mars 2007, sélectionné par Spyworld

Le général Aco Tomic, ancien chef de la sécurité militaire serbe, a déclaré avoir rencontré en 2002 deux des hommes qui sont soupçonnés d’avoir été impliqués dans l’assassinat en 2003 du Premier ministre serbe Zoran Djindjic, a rapporté mardi l’agence Beta.

Lors de sa déposition devant le Tribunal pour le crime organisé de Belgrade, le général Tomic a indiqué qu’il avait rencontré Milorad Ulemek dit "Legija", "cerveau" présumé de l’attentat, et Dusan Spasojevic, chef d’un clan mafieux, soupçonné d’avoir organisé l’assassinat de Djindjic et lui-même tué en mars 2003 lors d’un affrontement avec la police.

Spasojevic était le chef du clan de Zemun (du nom d’une banlieue de Belgrade), responsable de trafic de drogue, d’enlèvements, d’assassinats et d’autres crimes.

Plusieurs membres de ce clan sont jugés pour avoir participé à l’assassinat de Djindjic.

Selon son témoignage, le général Tomic savait que Spasojevic était un criminel et qu’il était impliqué dans le trafic de drogue lorsqu’il l’a reçu dans son bureau en 2002.

Il a reconnu avoir accepté en cadeau un téléphone portable que Spasojevic lui avait offert lors de cette rencontre.

Ulemek, ex-commandant de l’Unité pour les opérations spéciales (JSO), connue sous le nom de Bérets Rouges, est actuellement jugé avec douze autres personnes pour l’assassinat de Djindjic.

Mardi après-midi, Ulemek a demandé à la juge Nata Mesarevic de l’autoriser à quitter le procès. La juge a refusé et lui a ordonné de respecter les décisions du tribunal.

"J’estime que je n’ai plus rien à faire dans ce procès", a déclaré Ulemek, qui a tourné le dos à la juge, ce qui l’a poussée à décider de l’éloigner du procès jusqu’à la fin des audiences.

Zoran Djindjic, chef du premier gouvernement démocratique serbe après la chute de Slobodan Milosevic en 2000, a été assassiné le 12 mars 2003 dans la cour du siège du gouvernement.

Outre Ulemek et Spasojevic, Rade Bulatovic, ancien conseiller du président serbe Vojislav Kostunica et actuellement chef des services secrets, a assisté à la réunion de 2002 dans le bureau du général Tomic.

L’avocat de la veuve de Djindjic, Srdja Popovic, avait demandé au tribunal de faire comparaître en qualité de témoins le Premier ministre serbe Vojislav Kostunica, le ministre de l’Intérieur Dragan Jocic et plusieurs autres responsables, affirmant que l’assassinat avait un arrière-plan politique.

Sa demande a été rejetée.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :