vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > L’Aveyron, terrain d’exercice numérique en zone (...)

L’Aveyron, terrain d’exercice numérique en zone urbaine

Armée de Terre, Ministère de la Défense

vendredi 23 mars 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le 2e Régiment étranger d’infanterie (2e REI) de Nîmes a mené un exercice dans l’Aveyron du 11 au 15 mars 2007. Cinq compagnies de combat, les compagnies de commandement-logistique et antichar étaient engagées aux côtés d’une compagnie du 4e Régiment étranger (4e RE) de Castelnaudary et d’un détachement de liaison artillerie du 3e Régiment d’artillerie de marine (3eRAMa) de Canjuers pour l’observation et l’appui artillerie. L’exercice avait pour dominantes le « combat en localité » (ou combat en zone urbaine). Des manœuvres interarmes, de jour et de nuit dans une ambiance de combat de haute intensité en version numérisée ont été menées, grâce aux systèmes d’information régimentaire (SIR) et terminal (SITEL). Le SIR permet la transmission des informations à un niveau groupement tactique interarmes (GTIA, soit environ 800 hommes). Le SITEL est un système opérant au niveau d’une section (30 hommes) ou d’une équipe (10 hommes).

Selon le scénario de l’exercice, la France a engagé un GTIA pour aider le pays « Violet » opposé à des rebelles « carmins » qui mènent des actions de guérilla dans le pays en violant régulièrement la frontière. Après infiltration, le GTIA du 2e REI s’est emparé de la ville de Rodez après une journée de combat urbain sous l’œil intrigué de la population locale. Puis le dispositif s’est déployé autour de la forêt des Palanges à l’est de la ville pour rechercher et détruire les bandes résiduelles. Enfin, après infiltration grâce aux blindés et aux hélicoptères, le régiment a bouclé la ville de Séverac-le-Château et a livré un dernier combat en zone urbaine.

Deux patrouilles maritimes de la base aéronautique navale de Nîmes-Garons, un Transall, des Mirages 2000 de Toulouse, Nancy et Luxeuil ont assuré l’appui air-sol. Le 1er Régiment étranger de cavalerie (1er REC) d’Orange était présent avec un détachement de chars AMX 10RC. Pour le transport et l’appui « feu hélicoptères » étaient engagées deux Puma et deux Gazelle du 3e Régiment d’hélicoptères de combat (3e RHC) d’Étain.

Dans les localités « visitées » par les régiments en exercice, des sections de combat ont présenté des matériels à des lycéens et collégiens.

- 2e régiment étranger d’infanterie
- 1er régiment étranger de cavalerie
- 3e régiment d’artillerie de marine
- 3e régiment d’hélicoptères de combat

Crédits : 2e Régiment étranger d’infanterie


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :