mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Les exercices antimissiles des Etats-Unis ne menacent pas la (...)

Les exercices antimissiles des Etats-Unis ne menacent pas la Russie

RIA Novosti

vendredi 23 mars 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les Etats-Unis ont testé jeudi avec succès leur système national de défense antimissile (NMD). Ces exercices ont eu lieu à proximité d’une base de sous-marins nucléaires stratégiques au Kamtchatka, cependant les spécialistes estiment qu’ils ne constituent pas une menace pour la Russie.

En 2007, les Etats-Unis devraient achever ces tests et rendre opérationnel le système NMD. Actuellement celui-ci est composé de 14 missiles antimissiles déployés en Alaska et de deux autres situés en Californie. Dans le courant de l’année ces chiffres seront portés à 21 et à 4 respectivement. En 2011, ce sont déjà 40 intercepteurs de missiles qui pourraient être implantés en Alaska.

La trajectoire du missile-cible Minuteman 2 a été poursuivie par un radar basé en mer SBX (Sea Based X-Band) transféré pour l’occasion des îles Hawaï aux îles Aléoutiennes. Ce radar est l’élément essentiel du système global de la défense antimissile des Etats-Unis.

"Le radar SBX a pour mission de contrôler l’espace, a dit Vladimir Dvorkine qui jusqu’en 2001 avait été à la tête d’un centre du ministère russe de la Défense chargé du développement et de l’utilisation de l’armement nucléaire. Du point de vue de son utilisation dans le système NMD il pourra évidemment se montrer d’une certaine utilité dans le contrôle des départs de missiles, mais sans plus".

A l’heure qu’il est il n’existe pas de dispositifs à même de détecter la nature de l’ogive emportée par un missile : chimique, biologique, nucléaire ou simplement explosive. Le radar SBX ne permet même pas de faire la distinction entre des ogives réelles et des leurres. Par exemple, le missile russe de moyenne portée Pioner qui n’emporte qu’une ogive nucléaire est à même d’éparpiller un millier de fausses cibles. Au moment où l’ogive du Pioner pénètre dans les couches denses de l’atmosphère, un véritable feu d’artifice éclaire le ciel. Les consoles des radars de poursuite se mettent à clignoter et les opérateurs sont dans l’impossibilité de déterminer où la cible se trouve et sa direction.

Les exercices des forces de la NMD américaine ne menacent pas la Russie. Ils permettent aux constructeurs russes d’apprécier les potentialités du système américain et les perspectives de son développement et d’apporter des changements appropriés au système de pénétration de la NMD.

"Un glaive revient meilleur marché qu’un bouclier, fait-on remarquer à l’Institut de thermotechnique de Moscou, là où le tout récent missile intercontinental Topol-M à été conçu. C’est la raison pour laquelle aussi performant ce bouclier soit-il, en termes de potentialités le glaive lui sera toujours supérieur".

Cet article est tiré de la presse et n’a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :