mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Londres gèle ses échanges bilatéraux avec l’Iran

Londres gèle ses échanges bilatéraux avec l’Iran

Le Monde, avec AFP et AP

mercredi 28 mars 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La ministre des affaires étrangères britannique, Margaret Beckett, a annoncé, mercredi 28 mars, le gel des liens bilatéraux avec Téhéran, à l’exception des négociations engagées en vue de la libération des quinze marins britanniques capturés vendredi, jusqu’au règlement de la crise.

"Nous sommes dans une nouvelle phase de l’activité diplomatique. (...) Nous devons concentrer tous nos efforts (...) durant cette phase pour résoudre ce dossier", a-t-elle déclaré. "Nous allons donc imposer un gel de toutes les affaires officielles bilatérales avec l’Iran, jusqu’à la résolution de cette situation", a poursuivi la ministre. En conséquence, Londres a précisé suspendre toutes les visites officielles entre le Royaume-Uni et l’Iran, l’émission de visas pour des responsables iraniens et le soutien gouvernemental aux missions commerciales britanniques en Iran.

Peu après, le porte-parole du ministère des affaires étrangères iranien, Mohammad Ali Hosseini, a annoncé que la seule femme parmi les 15 marins sera relâchée "d’ici un ou deux jours". "Pour les quatorze autres, les investigations préliminaires continuent. Lorsqu’elles seront achevées, il y aura une visite consulaire", a-t-il indiqué. "Nous déciderons alors en fonction des résultats des investigations" de leur sort, a ajouté le porte-parole.

DES CARTES ET DONNÉES SATELLITE COMME PREUVES

Données satellite et cartes à l’appui, le ministère de la défense britannique a affirmé, peu avant que la ministre n’annonce le gel des liens bilatéraux avec Téhéran, que les marins se trouvaient à près de 1,7 mille nautique (3,15 km) à l’intérieur des eaux territoriales irakiennes au moment de leur capture. Selon le vice-amiral Charles Style, l’Iran a tout d’abord indiqué une position pour l’arrestation, dimanche, dans les eaux irakiennes, avant de se raviser, mardi, en la repoussant dans le territoire maritime iranien. Les données GPS n’auraient pas confirmé la deuxième position, selon le ministère. "Il est difficile de trouver une raison légitime à un tel changement", a estimé le vice-amiral.

L’ambassade iranienne à Londres a réaffirmé, sur les ondes de la chaîne Sky News, que les marins britanniques avaient été capturés dans les eaux territoriales iraniennes. Elle s’est néanmoins dit "confiante" sur le fait que Londres et Téhéran puissent "résoudre" cette affaire "par la coopération"

Une carte du ministère de la défense britannique, montrant (1) : la première position de l’arrestation mentionnée par l’Iran, à l’intérieur des eaux de l’Irak, et (2) la deuxième, rendue publique mardi 27 mars, dans les eaux territoriales iraniennes. - DR


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :