vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > États-Unis : l’usage des technologies en entreprise de plus en plus (...)

États-Unis : l’usage des technologies en entreprise de plus en plus surveillé

Ed Frauenheim, CNET News.com

vendredi 20 mai 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Les entreprises américaines seraient de plus en plus nombreuses à surveiller comment les salariés utilisent les outils technologiques. Les e-mails envoyés, les appels passés, les textes tapés et les sites visités sont conservés et examinés.

L’usage des outils informatiques ou du téléphone mis à disposition des salariés américains est de plus en plus contrôlé. Il peut même être la cause de licenciements, comme le révèle une étude réalisée conjointement par l’American Management Association (AMA) et l’ePolicy Institute, auprès de 526 dirigeants d’entreprises américaines de toutes tailles.

Aujourd’hui ces entreprises préfèrent appliquer des chartes d’utilisation de l’informatique et des équipements électroniques. « Les inquiétudes concernant les problèmes juridiques, et le rôle que jouent les preuves électroniques lors de procès ou d’enquêtes sur le respect des réglementations, ont incité un nombre croissant d’employeurs à adopter des politiques en matière de technologie », explique Nancy Flynn, directrice exécutive de l’ePolicy Institute.

Et elles ne plaisantent pas sur leur application : sur le panel de sociétés interrogées, environ 25% ont renvoyé des salariés pour avoir utilisé de façon inappropriée l’internet, 25% pour un mauvais usage de la messagerie, et 6% pour recours indu au téléphone.

Les salariés surveillés également dans leur déplacements

Si les inquiétudes des employeurs sont motivées, les pratiques de surveillance retenues soulèvent de nombreuses questions concernant le respect de la vie privée. D’autant plus qu’ils ont accès à des logiciels qui enregistrent toutes les saisies sur le clavier, ou encore à des systèmes de GPS permettant de suivre à distance les déplacements d’une personne via son téléphone.

L’étude révèle que 5% des entreprises sondées utilisent justement le GPS pour surveiller des téléphones mobiles, et 8% pour suivre à la trace les véhicules de fonction. Environ 75% regardent de près les connexions internet des salariés, et 65% utilisent des logiciels qui bloquent l’accès à des sites jugés inconvenants.

La surveillance informatique s’effectue de différentes façons : selon l’étude, 36% des employeurs scrutent « le contenu, les saisies clavier et le temps passé sur ce dernier ». 50% enregistrent et conservent pour examen les fichiers informatiques de leurs salariés. Les entreprises surveillent également la messagerie, puisqu’elles sont 55% à conserver et parcourir les courriers électroniques.

Des salariés la plupart du temps informés des contrôles

Le téléphone n’est pas oublié. Le nombre de patrons qui notent le temps passé par leurs employés et les numéros appelés, représente aujourd’hui 51%, soit 9% de plus qu’en 2001, souligne l’étude.

Autre technique appréciée, la vidéosurveillance. La moitié des entreprises (51%) interrogées y ont également recours dans le but, affirment-elles, de prévenir le vol, les actes de violence et de sabotage. En 2001, elles étaient 33% selon une précédente étude. La vidéo fait de plus en plus d’adeptes pour « suivre les performances des salariés au travail » : « 10% des sociétés réalisent des enregistrements de certaines catégories de leur personnel, et 6% l’ensemble de leur effectif », peut-on lire dans le rapport.

Sur le plan de la communication, les entreprises qui ont opté pour la surveillance semblent jouer le jeu de la transparence. 80% informent leurs salariés qu’elles étudient ce qu’ils tapent sur leur clavier et le temps qu’ils y passent ; 82% annoncent qu’elles archivent et passent en revue leurs fichiers informatiques. Elles sont 86% à communiquer qu’elles étudient leurs échanges de messages, et 89% que leur usage de l’internet est passé au crible. Enfin, 85% avertissent les salariés qu’ils sont filmés.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :