vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Sénégal : Programme national de défense et de sécurité : Vers une (...)

Sénégal : Programme national de défense et de sécurité : Vers une implication des députés

Lequotidien.sn

vendredi 30 mars 2007, sélectionné par Spyworld

La commission de la défense et de la sécurité à l’Assemblée nationale du Sénégal entend « contribuer à mieux asseoir un programme de défense nationale et un programme de sécurisation des personnes et des biens », déclare son président. Moussa Cissé indique, dans un entretien avec Le Parlementaire (magazine trimestriel interne), que ses collègues députés ont besoin qu’il leur soit permis « de jouer pleinement leur rôle » au sein de cette commission permanente de l’Assemblée nationale qui en 10 autres.

Réclamant aussi « des moyens plus adéquats pour y arriver », Moussa Cissé dit qu’il faudra « également multiplier les visites de terrain, pour mieux comprendre comment nos forces de sécurité sont en train de s’acquitter de leur mission, leurs difficultés, leurs problèmes ».

Selon lui, la commission défense et sécurité est appelée en outre à « savoir comment les budgets qui ont été mis en place sont utilisés », ajoutant : « C’est l’argent du contribuable sénégalais qui est mis à la disposition des forces de sécurité et des forces de défense. Donc, le commun des Sénégalais doit savoir comment ces fonds sont utilisés. Et c’est notre rôle de veiller à tout cela. »

Le parlementaire signale, cependant, que « là encore, il y a une limite à ne pas franchir. Et, nous pensons que nous saurons en tant qu’élus du peuple, nous limiter à ce que nous devons savoir et à ce que nous devons faire ». Il a exprimé pour lui et ses collègues de la commission le besoin d’avoir « une formation poussée sur les problèmes militaires », poursuivant : « Il n’est pas donné à un civil de connaître souvent ce qui se passe dans l’armée et d’avoir une connaissance approfondie des questions militaires. »

A propos des sollicitations des militaires, policiers et gendarmes sénégalais pour des missions de maintien ou de rétablissement de la paix en Afrique et ailleurs, Moussa Cissé estime qu’il « serait important que les députés puissent aller voir à l’extérieur comment nos militaires se comportent ». « Nous savons qu’ils ont un bon comportement parce que c’est ce qu’on nous dit partout. Ils ont, de l’avis des autorités de certains pays où ils sont envoyés, un excellent comportement », se satisfait-il. Le président de la commission de la défense et de la sécurité pense, toutefois, que « la visite des membres de cette commission ne ferait que leur remonter le moral, tout en nous permettant, à nous députés, de savoir comment les soldats travaillent à l’étranger ».

Il rappelle qu’à l’Assemblée nationale, « les problèmes de sécurité posent toujours une limite à ne pas franchir ». N’empêche, sa commission fait « beaucoup de sensibilisation » sur ces problèmes, « tout en évitant de divulguer ce qui concerne le fonctionnement de l’armée, ses équipements, etc. » « Nous nous gardons de parler de ces aspects en public parce que nous estimons que ce sont des questions qui doivent rester secrètes même si l’on sait qu’aujourd’hui les nouvelles technologies permettent de tout découvrir. C’est un devoir pour nous de garder des réserves, à cause principalement de la nécessité de renforcer la sécurité, notre intégrité territoriale », conclut-il.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :