jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Berlin crée un fichier antiterroriste central

Berlin crée un fichier antiterroriste central

Pierre Bocev, le Figaro

lundi 2 avril 2007, sélectionné par Spynews

logo

Depuis l’époque nazie, le gouvernement s’interdisait de croiser les informations des différents services de sécurité.

UN FICHIER antiterroriste central vient d’être mis en service en Allemagne. Cinq ans et demi après les attentats du « 9/11 » aux États-Unis, le ministère de l’Intérieur et les différents services se félicitent de cette mesure qu’ils jugent tardive. Mais l’opposition politique se demande, à l’instar de l’élue néocommuniste Petra Pau, si le pays n’a pas « franchi le pas de l’État de droit à l’État de surveillance ».

Le souvenir de la Gestapo

La création de cette banque de données a été décidée par le gouvernement de coalition d’Angela Merkel après deux attentats manqués contre des trains l’année dernière. Pour la première fois depuis l’époque nazie, il est dorénavant possible de croiser les informations de la police et des services secrets. Pareille mise en commun de données a toujours été proscrite, de peur de raviver le souvenir de la Gestapo.

La protection des données personnelles est très développée en Allemagne. En 1982 encore, l’organisation d’un recensement a été empêchée par des protestations populaires. Aujourd’hui, Peter Schaar, le responsable de l’équivalent de la Cnil française, regrette toujours que « des informations non vérifiées de services secrets parviennent à la police ».

Le fichier regroupe des données jusque-là disséminées entre 38 différents organes fédéraux ou régionaux de la police, des services secrets et des douanes. Chacune de ces instances qui divergeaient jusque dans l’orthographe d’al-Qaida peut librement consulter un premier échelon de données comportant notamment les noms, prénoms, citoyennetés et signes distinctifs des quelque 13 000 personnes recensées. Pour accéder à un second niveau portant par exemple sur le port d’armes ou les coordonnées bancaires, il faudra sauf urgence l’autorisation du service à l’origine de leur stockage.

Depuis 2001, la législation antiterroriste allemande a été renforcée à trois reprises. Le ministère de l’Intérieur veut néanmoins aller plus loin et souhaite pouvoir accéder en ligne aux ordinateurs personnels pour mieux combattre la cybercriminalité (nos éditions du 7 février). Il envisage également d’exploiter les caméras de péage autoroutier et de durcir la loi visant les « organisations terroristes ».


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :