dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > EADS Défense prévoit une amélioration de ses rendements

EADS Défense prévoit une amélioration de ses rendements

Reuters

mardi 3 avril 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le directeur général de la division défense et sécurité d’EADS a dit attendre mardi une amélioration d’un tiers de la rentabilité de l’activité à moyen terme, estimant qu’EADS Défense devrait contribuer à résoudre la crise financière à Airbus.

Stefan Zoller a déclaré à des journalistes qu’il visait une marge sur le chiffre d’affaires de 8% dans un délai de trois à cinq ans, contre 5,9% l’an dernier, une amélioration principalement imputable à la croissance organique.

Il a toutefois ajouté que la division de défense du groupe européen envisageait toujours d’éventuelles acquisitions, aux Etats-Unis notamment, en dépit de l’impact des difficultés d’Airbus sur les bénéfices de la maison-mère.

"Notre objectif, c’est la croissance organique", a affirmé Zoller, au siège d’EADS Défense d’Unterschleissen, près de Munich. Mais "dès que nous aurons identifié des opportunités de croissance à travers des acquisitions, nous les ferons".

Le patron d’EADS Défense a ajouté ne pas prévoir de croissance substantielle du chiffre d’affaires cette année par rapport aux 5,864 milliards d’euros de l’an dernier.

Il a déclaré que le bénéfice d’exploitation avant intérêts et impôts (Ebit) 2007 ne serait pas inférieur aux 348 millions d’euros de 2006.

Zoller a également affirmé vouloir améliorer la part des exportations dans le chiffre d’affaires, avec un objectif de 30%, contre 22% actuellement. Mais il s’est gardé de fixer une date-butoir pour atteindre ce but.

D’après Zoller, les activités défense d’EADS n’ont jusqu’à présent absolument pas pâti de la grave crise industrielle d’Airbus, à l’origine d’une chute de 86% du bénéfice opérationnel de la maison-mère sur l’exercice précédent, à 399 millions d’euros.

Zoller a assuré qu’aucun contrat en matière de défense n’avait été perdu en raison de la crise de l’avionneur européen.

DRONES : RELANCE DU PROGRAMME

EADS ne prévoit cependant pas de racheter un fabricant de chars, comme Krauss Maffei ou Rheinmetall, mais il reste intéressé par l’acquisition des parts de BAE Systems et Finmeccanica dans le fabricant de missiles MDBA, a ajouté Zoller.

EADS et BAE détiennent 37,5% chacun de MBDA, le solde étant détenu par Finmeccanica. "Si les Britanniques ou les Italiens veulent vendre, nous sommes toujours ouverts à des discussions", a dit Zoller. "Il n’y a rien de nouveau."

Afin de parvenir à améliorer son chiffre d’affaires tandis que les budgets alloués à la défense restent stables, EADS Défense veut s’ouvrir de nouveaux marchés, et investir dans de nouveaux secteurs porteurs, comme la sécurité privée et les drones, ces avions d’espionnage sans pilote.

EADS mène actuellement des négociations, à un stade avancé, avec les gouvernements français, espagnol et allemand, afin de développer des drones baptisés Advanced UAV (pour "unnamed aerial vehicles"), a précisé Zoller.

Le groupe européen cherche ainsi à rattraper son retard en la matière, et revenir au niveau des Américains et des Israéliens. Zoller n’a pas fourni d’avantage de précisions.

Le groupe prévoit également la mise au point d’un nouveau drone, après le revers du prototype Barracuda, qui s’était écrasé dans la mer au large de l’Espagne en septembre lors de son second vol d’essai.

Le nouveau prototype a été baptisé Agile.

Vers 13h55 GMT, le titre EADS prenait 1,20% à 23,64 euros à la Bourse de Paris, contre une hausse de 0,48% du CAC 40 au même moment.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :