mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’Algérie pourrait reprendre à l’Inde et la Chine leur statut (...)

L’Algérie pourrait reprendre à l’Inde et la Chine leur statut de premiers acheteurs d’armements russes

RIA Novosti

mardi 3 avril 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Avec l’Algérie, la Russie étudie un bloc de nouveaux contrats d’armements, pour un montant total de 7 milliards de dollars.

Selon le Service fédéral russe de coopération militaire, début mars Moscou a été invité par Alger à prendre part aux appels d’offres sur la construction en commun de navires et sur la livraison d’une frégate porte-hélicoptères. Les deux pays sont en outre en négociation sur la vente de chasseurs-bombardiers Su-32, d’hélicoptères Mi-28N, sur des livraisons supplémentaires de chasseurs Su-30, MiG-29, de complexe de DCA Pantsyr-S1 et de chars T-90S.

Tous ces accords pourraient être signés en 2007-2008.

Si ce "bloc" est finalement signé, l’Algérie, compte tenu des commandes déjà passées à la Russie, à hauteur de 8 milliards de dollars, deviendra le premier client des "armuriers" russes.

Et pourtant, plusieurs problèmes pourraient empêcher les deux pays de réaliser ces projets. Oleg Demtchenko, président de la compagnie aéronautique Irkut, en Sibérie, note qu’après la mise en oeuvre d’un contrat prévoyant les livraisons de 28 chasseurs Su-32MKI, de nouvelles ventes sont toujours possibles mais, pour l’instant, les négociations font défaut. Uralwagonzavod, de Nijni-Taguil, dans l’Oural, a déjà reporté les délais de livraison du premier lot de chars T-90S, prévus pour 2006, à 2007. Des études précontrat sur la construction de deux frégates, d’un coût de 800 millions de dollars, étaient déjà en cours depuis avril 2006, lorsque le Bureau d’études du Nord (BEN), concepteur de navires, a proposé à l’Algérie sa nouvelle frégate du projet 1135.6. On ignore laquelle des entreprises exécutera la commande.

Mais c’est le contrat sur la livraison de batteries de DCA Pantsyr-S1 qui pourrait poser le plus de problèmes. "Dès à présent, le Bureau d’étude de Toula (KBP) exécute quatre contrats sur la vente de Panstyr-S1, avec l’Algérie, la Syrie, les Emirats arabes unis et encore un pays. Du fait que la livraison de ces systèmes aux Emirats a connu de forts retards, des difficultés sont possibles avec les autres pays", affirme un expert russe.

En mars 2008, lors de la visite du président Poutine à Alger, les deux pays ont signé de gros contrats à hauteur de 8 milliards de dollars, portant sur la vente à l’Algérie de 28 chasseurs Su-30MKI, de 34 chasseurs MiG-29, de 16 avions d’entraînement et de combat Yak-130, de quatre systèmes de missiles sol-air S-300PMU-2, de 38 systèmes de missiles d’artillerie et de missiles sol-air Pantsyr-S1, de 185 chars T-90S, de 216 rampes de lancement de missiles antichar Kornet-E et de 8 systèmes d’armes de précision Krasnopol. Les deux pays ont en outre convenu de moderniser 400 BMP-1 (véhicule léger blindé de transport de troupes) qui équipent déjà l’armée algérienne. En juin 2006, Moscou et Alger ont signé un contrat sur la construction aux Chantiers navals de l’Amirauté, à Saint-Pétersbourg, de deux sous-marins diesel-électriques du projet 636.

Jusqu’à présent, l’Inde et la Chine étaient considérées comme les principaux clients des industries de défense russes, leurs carnets de commandes étant estimés à 10 et 6 milliards de dollars respectivement.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :