mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Des documents classés secrets de la police criminelle allemande ont été (...)

Des documents classés secrets de la police criminelle allemande ont été vendus à des journalistes

Cécile Calla, le Monde

vendredi 6 avril 2007, sélectionné par Spyworld

logo

L’histoire pourrait inspirer le scénario d’un film. Des membres de la police criminelle allemande se sont livrés pendant plusieurs années à un commerce florissant de documents confidentiels avec des journalistes. Ces informations révélées par la télévision allemande ARD, dans une émission diffusée jeudi 5 avril, ont été confirmées le même jour par le président de l’Office fédéral de la police criminelle (BKA), Jörg Ziercke.

L’échange d’informations a atteint une "dimension qu’il n’aurait jamais tenue pour possible", a déclaré ce dernier. Selon ARD, un informateur du BKA, Werner Mauss, aurait indiqué, dès la fin 2002, à l’office fédéral qu’un journaliste du magazine Focus, Josef Hufelschulte, l’avait contacté en lui proposant d’acheter des documents confidentiels pour la somme de 5 000 euros. Par la suite, le journaliste aurait revendu à cet informateur plusieurs documents du BKA classés secrets pour la somme de 18 000 euros, selon les recherches effectuées par la chaîne de télévision. Le journaliste aurait affirmé à l’agent que les renseignements provenaient d’un marchand d’informations, lui-même approvisionné par des fonctionnaires du BKA. Selon ARD, on ignore si le journaliste a conservé l’argent ou l’a reversé à d’autres personnes.

L’affaire a donné lieu à une enquête du parquet de Munich entre 2002 et 2004 sans que les fonctionnaires corrompus puissent être identifiés. D’après le BKA, ces agissements ont eu lieu pendant plusieurs années et pourraient avoir un lien avec le suicide d’un directeur du BKA, survenu en 1993.

En revanche, M. Ziercke a démenti une quelconque activité d’espionnage à l’encontre de journalistes de Focus. ARD affirmait en effet que la police criminelle avait placé sous surveillance plusieurs journalistes du magazine entre 2002 et 2004 afin d’identifier ses fonctionnaires corrompus. Ces soupçons font écho au scandale provoqué par la révélation en 2005 de l’espionnage de journalistes par les services secrets allemands (BND). La commission d’enquête parlementaire sur le BND pourrait être saisie.

JPEG - 10.6 ko

Jörg Ziercke, le président de l’office fédéral de la police criminelle (BKA) a confirmé les informations de la télévision allemande jeudi 5 avril. (Photo datée du 16 mars) - AFP/THOMAS LOHNES


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :