vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Les Etats-Unis voient émerger une "nouvelle génération" de dirigeants (...)

Les Etats-Unis voient émerger une "nouvelle génération" de dirigeants d’Al-Qaida

AFP

vendredi 6 avril 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Contrairement à l’hypothèse d’un affaiblissement durable du commandement d’Al-Qaida, une nouvelle génération de hauts responsables du mouvement djihadiste semble émerger dans les zones tribales du Pakistan proches de l’Afghanistan, selon des experts américains. Citant des responsables du renseignement et du contre-terrorisme sous couvert d’anonymat, le New York Times souligne que de nouveaux cadres auraient émergé après la mort ou la capture des membres du réseau qui avaient construit Al-Qaida avant le 11-Septembre. Une nouvelle qui aurait suscité la surprise des services de renseignement américains, précise le journal.

Depuis des mois, les autorités américaines, européennes et pakistanaises collaborent pour tenter de mettre à jour le nouvel organigramme de l’organisation. D’après le New York Times, des informations "particulièrement importantes" ont été obtenues à partir de communications interceptées dans les zones tribales pakistanaises et d’interrogatoires de suspects accusés d’avoir tenté de faire exploser, durant l’été 2006, des avions de ligne entre Londres et les Etats-Unis.

Les officiels du renseignement américain ont ainsi conclu qu’un commandant paramilitaire égyptien, appelé Abou Ubaidah Al-Masri, vétéran des guerres d’Afghanistan, aurait orchestré cette tentative d’attentat. Il est aujourd’hui suspecté d’être un des leaders opérationnels d’Al-Qaida, après la mort d’Abou Hamza Rabia, un Egyptien décédé en 2005 au Pakistan.

Selon le New York Times, d’autres noms émergent, dont Khalid Habib, un Marocain, et Abdul Hadi Al-Iraqi, un Kurde ayant servi dans l’armée irakienne au temps de Saddam Hussein.

Ces nouveaux dirigeants seraient âgés en moyenne d’une trentaine d’années, auraient des années d’expérience de combat en Afghanistan ou en Tchétchénie, et seraient pour une partie des Pakistanais et des Nord-Africains, alors que le précédent groupe de leaders était principalement composé d’Egyptiens.

Toujours d’après des officiels du renseignement cités par le quotidien, Al-Qaida aurait, contrairement à la structure hiérarchisée ayant existé avant le 11-Septembre, "un leadership plus diffus, avec de nombreux lieux de planification et travaillant de façon autonome".

Selon Bruce Hoffman, professeur à l’université de Georgetown, le commandement d’Al-Qaida, depuis l’Afghanistan et le Pakistan, "continue d’exercer une coordination, en ce qui concerne la commande d’attentats, la collecte de renseignements, la planification d’opérations, et l’approbation de leur exécution".

Pas de lien direct entre Al-Qaida et Saddam Hussein

Un rapport du département de la défense américain, déclassifié jeudi 5 avril, affirme que le régime de Saddam Hussein n’avait pas coopéré directement avec Al-Qaida avant l’invasion américaine de l’Irak. Le document cite deux anciens collaborateurs de Saddam Hussein et des documents irakiens saisis "qui ont tous confirmé" que Bagdad et le mouvement djihadiste n’avaient eu que des liens restreints. Il précise que le renseignement américain était lui-même convaincu que ces "contacts étaient limités". Le rapport conclut que le Pentagone a fourni des analyses "inappropriées" dans sa recherche afin de démontrer les liens pouvant exister entre Al-Qaida et les autorités irakiennes. Le document a été rendu public le jour où le vice-président Dick Cheney annonçait à une radio américaine qu’"Al-Qaida opérait en Irak avant même le déclenchement de la guerre"


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • Que le régime de Saddam Hussein n’ait eu "qu"un contact restreint" avec Al -Qaida ,qu’est-ce que cela change ? Ce régime était un régime sanguinaire qui n’avait rien à voir avec une démocratie ,modèle tant vanté un peu partout dans le monde ,surtout en paroles .Il y a encore des gens dans les prétendues démocraties occidentales qui sont presque prêts à pleurer la disparition de ce tyran infect ,dans la mesure où il maintenait l’unité du pays entre chiites ,sunnites et kurdes ,même à coup de bombes et de gaz mortels. Bien sûr ,on ne va pas le dire ,mais on n’en pense pas moins...Et puis ,QUI a osé attaquer franchement cette dictature ? Les USA ? Prière de pas aller plus loin :la messe est dite !