samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > La DGSE mobilisée pour retrouver les Français enlevés

La DGSE mobilisée pour retrouver les Français enlevés

TF1.fr

vendredi 6 avril 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Deux volontaires français de l’ONG Terre d’enfance sont portés disparus depuis mardi. Les talibans ont revendiqué leur enlèvement.

Des responsables afghans jugent crédible le message de revendication des talibans.

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE, services de renseignements) est "tout entière mobilisée" sur l’affaire des deux Français dont l’enlèvement a été revendiqué par les talibans en Afghanistan. Les deux volontaires français de l’ONG Terre d’enfance, portés disparus depuis mardi, ont sans doute été enlevés dans le sud-ouest de l’Afghanistan comme l’affirment les talibans. Cette quasi-confirmation est venue jeudi d’un responsable des services de sécurité afghans. "Ils n’ont pas informé les autorités de leur voyage et leur négligence est responsable de leur enlèvement", a estimé un autre officiel afghan. Le gouverneur de la province où circulaient les deux Français a assuré avoir mobilisé quelque 200 policiers pour tenter de les retrouver. A Paris, le ministère des Affaires étrangères a confirmé que les deux Français étaient bien portés disparus, de même que trois de leurs accompagnateurs afghans. Quant à l’ambassade de France à Kaboul, elle s’est refusée à tout commentaire.

Dans leur message de revendication de mercredi, les talibans avaient affirmé avoir "capturé deux Français, un homme et une femme, et trois Afghans, deux interprètes et un chauffeur, sur la route entre les provinces de Nimroz et de Farah". Sans avancer de revendications, ni préciser les identités des deux Français, le porte-parole des talibans avait simplement indiqué : "Ils sont entre nos mains et notre direction va décider de leur sort".

Une province sans présence internationale

Selon le ministère afghan de l’Intérieur, les deux Français et les trois Afghans ont disparu alors qu’ils étaient partis de Zaranj pour se rendre par la route plus au nord à Hérat, via la province conflictuelle de Farah. Zaranj est la capitale de la province de Nimroz, où aucune force internationale n’est actuellement déployée ; Terre d’enfance, association créée en janvier dernier, gère des projets humanitaires dans cette ville où travaillent deux Français et huit Afghans.

La disparition des Français survient deux semaines après la libération du reporter italien Daniele Mastrogiacomo qui était retenu en otage dans la province voisine d’Helmand par les talibans. Les conditions de la libération de l’Italien, échangé contre cinq talibans prisonniers, ont été notamment dénoncées par les Etats-Unis, qui craignaient qu’un tel échange ne constitue un précédent et incite les talibans à multiplier les enlèvements d’occidentaux. Les talibans détiennent par ailleurs toujours en otage dans le sud du pays une équipe médicale de cinq Afghans et l’interprète afghan de Daniele Mastrogiacomo, pour lesquels ils demandent aussi la libération de certains de leurs militants.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :