mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Bouclier antimissile : les propositions américaines rejetées par (...)

Bouclier antimissile : les propositions américaines rejetées par Moscou

Le Monde, avec AFP

jeudi 19 avril 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le vice-premier ministre russe, Sergueï Ivanov, a rejeté, jeudi 19 avril, l’idée d’une coopération avec les Etats-Unis dans les systèmes de défense antimissile, deux jours après que Washington eut affirmé avoir fait des propositions en ce sens. "Je ne vois pas de fondement à des discussions sur la possibilité d’une coopération dans la défense antimissile", a-t-il déclaré, cité par l’agence Interfax, lors d’un déplacement à Ekaterinbourg, dans l’Oural. "Nous estimons pour le moins que ce système antimissile a un caractère chimérique", a ajouté M. Ivanov.

Au cours de la réunion de l’OTAN, à Bruxelles, les représentants américains ont informé leurs alliés de la nature de l’offre faite à la Russie. Washington aurait proposé d’approfondir leur coopération actuelle en matière de détection précoce des départs de missiles dans le monde entier, a indiqué le secrétaire d’Etat américain adjoint au contrôle des armements et à la sécurité internationale, John Rood.

Les Etats-Unis auraient également offert à la Russie de travailler à l’interaction des systèmes destinés à la protection des troupes de chacun des deux pays sur le terrain, de partager la recherche et développement sur la conception et la fabrication de systèmes antimissiles, et d’effectuer des exercices de défense antimissile conjoints.

Ces offres de coopération n’ont visiblement pas convaincu la Russie, qui voit dans l’installation par les Américains d’une dizaine d’intercepteurs et d’un radar en Europe de l’Est le premier pas vers un système à portée mondiale qui modifierait la donne stratégique.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • Mais que craignent donc les Russes ? Les Occidentaux leur offrent sur un plateau de participer à ce système de défense antimissile pour se défendre d’une éventuelle attaque iranienne (portée des missiles iraniens :1800 kms).Refus.Leur sécurité serait "menacée".Cette façon de raisonner trahit encore les relents de l’ancien autoritarisme hérité du système soviétique ,tout simplement parce qu’en dépit du formalisme démocratique de ce pays ,l’esprit est toujours un esprit impérialiste.Les démocraties ne se font pas la guerre ,c’est bien conu.De toute évidence ,les Russes ont un long chemin à faire avant de s’imbiber de cet esprit-là...