lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le secrétaire américain à la Défense en Pologne pour discuter du (...)

Le secrétaire américain à la Défense en Pologne pour discuter du bouclier

Tageblatt.lu

mardi 24 avril 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates est arrivé mardi à la mi-journée à Varsovie pour discuter avec les responsables polonais de l’installation dans leur pays des éléments du bouclier antimissile.

Le responsable américain devait rencontrer dans l’après-midi le président polonais Lech Kaczynski et son ministre de la Défense Aleksander Szczyglo. Lors de sa première étape de sa tournée européenne, lundi à Moscou, le M. Gates a été fraîchement accueilli par les autorités russes. Le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov a estimé "que le système de défense antimissile stratégique était un grave facteur déstabilisateur, pouvant exercer une influence considérable sur la sécurité régionale et mondiale".

Les Etats-Unis veulent installer en Pologne une dizaine de missiles d’interception et un radar en République tchèque. Ces deux pays proches du territoire russe étaient sous l’influence de Moscou et lui servaient de glacis à l’époque de la Guerre froide, il y a à peine vingt ans. Si le projet du bouclier est a priori favorablement accueilli par les gouvernements des deux pays, leurs populations sont fortement opposées à ce projet.

Il suscite l’opposition de 57% des Polonais, alors que 25% y sont favorables, selon un sondage publié lundi. 18% des personnes interrogées n’avaient pas d’opinion, selon ce sondage de l’institut CBOS, réalisé du 30 mars au 2 avril auprès d’un échantillon de 937 Polonais adultes.

La population tchèque n’est guère plus favorable aux projets américains. Plus de trois Tchèques sur cinq (68%) sont opposés à l’installation de la station radar, selon un sondage de l’institut CVVM, publié mardi. Le Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski a, quant à lui, récemment déclaré que la Pologne voulait que des éléments du bouclier antimissile américain soient installés sur son territoire, "mais pas à n’importe quel prix", sans toutefois donner d’autres précisions. Selon Varsovie, les négociations officielles sur le bouclier pourraient commencer en mai.

Les responsables américains qui voyagent avec M. Gates ont déclaré pour leur part que Washington ne considérait pas l’accord de la Pologne et de la République tchèque comme acquis, et que la visite du secrétaire à la Défense faisait parti d’une tentative d’explication des projets américains. "Nous comprenons (...) qu’un débat démocratique doit se dérouler", dans ces pays, a déclaré un haut responsable de l’administration américaine voyageant avec M. Gates.

"Nous voulons être sûrs de contribuer à un débat politique informel et s’assurer que tous les partis présents au parlement, de même que le gouvernement comprennent pourquoi nous voulons faire ce déploiement", a-t-il ajouté. "Il ne s’agit que d’un début de débats et de discussion et nous ne devons pas préjuger du résultat", a-t-il encore dit. Mercredi, M. Gates est attendu à Berlin où il doit rencontrer des dirigeants allemands.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :