mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Les présidents russe et tchèque discuteront du système de défense (...)

Les présidents russe et tchèque discuteront du système de défense antimissile américain

Xinhua

mercredi 25 avril 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue tchèque Vaclav Klaus doivent discuter du déploiement prévu du système de défense anti-missile en République tchèque, un sujet déclenchant de vifs désaccords entre les deux rivaux de la Guerre Froide.

MM. Poutine et Klaus doivent se rencontrer vendredi à Moscou et "discuter de toute la gamme des questions bilatérales et multilatérales d’intérêt mutuel", a rapporté l’agence Itar-Tass citant le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Kislyak.

Washington a proposé en janvier d’installer des éléments de son bouclier antimissile en Europe centrale, y compris 10 missiles intercepteurs en Pologne et un système de radar sur le terrain militaire de Brdy, dans le sud-ouest de l’Europe, en République tchèque. Ce projet représentant un montant de 3,5 milliards de dollars doit être opérationnel en 2011.

Le gouvernement tchèque a accepté officiellement le mois dernier d’ouvrir des négociations avec les Etats-Unis à la mi-mai sur l’emplacement de bases de radar.

Washington a affirmé que ce système ne visait pas la Russie, et il a proposé de partager des informations et technologies avec Moscou pour apaiser ses craintes.

La Russie insiste de son côté que la véritable cible de ce système ne sera pas l’Iran, comme l’affirment les Etats-Unis, mais la Russie.

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates s’est rendu en visite à Moscou cette semaine mais n’a pas réussi à obtenir l’ approbation du président Poutine et du ministre de la Défense Anatoli Serdioukov.

"Nous considérons que le système de défense antimissile stratégique américain est un facteur de déstabilisation qui pourrait considérablement affecter la sécurité régionale et mondiale", a déclaré M. Serdioukov à l’issue de ses entretiens avec M. Gates ce lundi.

Les Etats-Unis pensent installer ce système de radars dans un autre pays si la République tchèque n’en veut pas sur son territoire, a déclaré lundi Henry A. Obering, directeur de l’ agence américaine de défense antimissile.

Le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Kislyak a déclaré mardi que les éléments américains en Europe seraient "un facteur irritant significatif dans les relations stratégiques russo-américaines pour les années à venir", a rapporté l’agence Interfax.

Mardi également, le chef d’État-major russe Iouri Balouïevski a mis en garde que le système américain pourrait être pris pour cible par des forces russes, a rapporté Interfax.

"Si nous considérons que ces installations posent une menace pour la sécurité russe, elles deviendront des objectifs pour les plans de nos forces", a-t-il dit lors d’une conférence de presse.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :