mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > On voudrait imiter la CIA à l’étranger

On voudrait imiter la CIA à l’étranger

Fabrice De Pierrebourg, Le Journal de Montréal

mardi 1er mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Même s’il ne le reconnaît pas ouvertement, Jim Judd aimerait que le mandat du SCRS soit élargi pour lui permettre d’espionner à l’étranger sans restriction, comme le fait la CIA par exemple.

Une grande partie de sa comparution devant les sénateurs a d’ailleurs été consacrée à la collecte du renseignement réalisée à l’étranger. Un sujet sur lequel se penche aussi le gouvernement.

Retard

Jusqu’à présent, la Loi sur le SCRS ne lui permet de le faire que dans le cadre de dossiers concernant des menaces à la sécurité du Canada ou de ses ressortissants.

Même si cette notion de menace est élastique, le Canada est à la traîne quand on le compare avec les autres pays occidentaux.

Selon M. Judd, le SCRS aurait déjà des agents de liaison officiels dans une trentaine de pays, dont les États-Unis et la France.

D’autres auraient aussi été envoyés récemment pour des « missions spéciales » afin d’« aider les forces armées en Afghanistan », au Liban, l’été dernier lors de la guerre, ainsi qu’en Irak, lorsque deux Canadiens, MM. Singh et Sooden, avaient été retenus en otage au début de 2006.

MI6 et CIA

Souhaiterait-il la création d’un organisme distinct chargé d’espionner à l’étranger, comme le MI6 en Angleterre ou la CIA ?

À entendre les arguments développés par M. Judd, on retiendra qu’il favoriserait plutôt une solution intégrée, comme en Hollande ou en Nouvelle-Zélande, où « cela fonctionne bien », a-t-il dit.

Le directeur du Service canadien de renseignement de sécurité, Jim Judd - © PC


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :