mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le SCRS sur la sellette

Le SCRS sur la sellette

Radio-canada.ca

mercredi 2 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un deuxième policier de Vancouver soutient avoir transmis au Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) des informations selon lesquelles des Sikhs planifiaient un coup d’éclat, et ce, 11 jours avant que le vol 182 d’Air India n’explose en plein vol.

Appelé à témoigner lors de l’enquête publique de l’ex-juge John Major, l’agent Don McLean a raconté, mardi, quelques détails d’une conversation entre deux militants sikhs tenue le 12 juin 1985.

Un premier, explique-t-il, a dit : « Aucun consul n’a été tué. Aucun ambassadeur n’a été tué. Qu’est-ce que vous faites ? Rien ? ». L’autre homme, poursuit-il, a répondu : « Tu verras que quelque chose sera fait dans deux semaines. »

La conversation avait lieu dans le sous-sol d’un homme d’affaires sikh qui coopérait avec les policiers de Vancouver dans une autre affaire. Selon McLean, une dizaine de personnes, dont des partisans d’un pays sikh indépendant, étaient présentes. Un micro caché enregistrait la conversation.

L’agent McLean dit s’être fié davantage aux dires de l’homme d’affaires qui collaborait avec la police qu’à l’enregistrement de la conversation ou aux notes prises par un collègue qui parlait pendjabi. Un traducteur de la GRC qui a écouté la conversation beaucoup plus tard soutient ne pas avoir entendu de tels propos.

Le policier de Vancouver dit avoir refilé l’information au SCRS et à un collègue qui travaillait au sein d’une unité mixte de renseignement qui comprenait des agents de la Gendarmerie royale du Canada.

Le 23 juin, 329 personnes sont mortes lorsque l’avion d’Air India a explosé au large des côtes de l’Irlande. L’agent McLean dit n’avoir fait le lien avec un attentat à la bombe qu’après avoir été informé de l’explosion de l’avion d’Air India. Air India

Lundi, un autre agent de la police de Vancouver, Rick Crook, a révélé qu’un homme d’origine sikhe l’avait prévenu en octobre 1984 qu’un complot visant à faire exploser deux avions d’Air India se tramait.

Il soutient lui aussi avoir refilé l’information au SCRS, contredisant ainsi la version officielle selon laquelle rien n’avait laissé présager un quelconque attentat.

Un informateur est aussi venu affirmer qu’il avait prévenu la police de Vancouver et la GRC que des Sikhs lui ont offert 200 000 $ afin qu’il place une bombe à bord d’un appareil. Il soutient avoir fait rire de lui.

L’enquête publique du juge Major continuera de se pencher sur le travail des services de renseignements dans cette affaire. Son mandat consiste à souligner les défaillances des services de renseignements canadiens afin qu’elles ne se répètent plus.

- Commission d’enquête relative aux mesures d’investigation prises à la suite de l’attentat à la bombe contre le vol 182 d’Air India, Site web de la commission
- Le vol 182 d’Air India ne répond plus, Archives de Radio-Canada
- Air India, en profondeur, Dossier spécial de CBC (en anglais)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :