mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Marwan Lahoud grand favori pour devenir le numéro deux d’EADS

Marwan Lahoud grand favori pour devenir le numéro deux d’EADS

Capital.fr

mercredi 2 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Actuel patron du leader mondial des missiles MBDA, une filiale commune d’EADS, du britannique BAE Systems et de l’italien Finmeccanica, Marwan Lahoud est aujourd’hui le grand favori pour devenir, après l’élection dimanche du prochain président de la République, le nouveau directeur général délégué d’EADS.

Ce polytechnicien et ingénieur en chef de l’armement, franco-libanais de 41 ans, qui a d’abord fait carrière au ministère de la Défense sous Charles Millon, puis à la Délégation Générale à l’Armement, la DGA, avant d’être recruté par Jean-Luc Lagardère (MMB) chez Aérospatiale-Matra en 1998, devrait remplacer ainsi un très proche d’Arnaud Lagardère (MMB), Jean-Paul Gut, l’actuel directeur général délégué d’EADS qui est sur le départ.

Au passage, Marwan Lahoud devrait également récupérer les attributions de directeur d’EADS International, chapeautant le marketing et les ventes à l’export du groupe aéronautique et de défense européen. Atout non négligeable pour ce poste : Marwan Lahoud parle parfaitement l’arabe.

L’affaire Clearstream, où Nicolas Sarkozy a été vivement mis en cause, a pourtant failli torpiller sa promotion, puisque son frère, l’informaticien Imad Lahoud, en est l’un des principaux acteurs. Suspecté d’avoir fabriqué les fameux faux listings tentant d’impliquer l’ex-ministre de l’Intérieur, Imad Lahoud a été mis en examen par le juge Renaud Van Ruymbecke. Et a dû quitter EADS (EAD), où l’avait embauché l’ancien patron de la stratégie du groupe, Jean-Louis Gergorin. Contre l’avis, à plusieurs reprises, de son propre frère Marwan.

Proche du ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie, qui a rappelé ce fait à Nicolas Sarkozy, et s’entendant bien avec le nouveau co-président français d’EADS, Louis Gallois, Marwan Lahoud a finalement bénéficié du refus récent de l’Allemagne d’entériner la nomination de Maurice Gourdault-Montagne, le conseiller diplomatique de Jacques Chirac à l’Elysée, au poste de numéro deux d’EADS. Comme l’a déjà révélé, le 16 avril dernier, "Une indiscrétion de Capital.fr".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :