mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Guerre du Liban : le ministre israélien de la Défense refuse de (...)

Guerre du Liban : le ministre israélien de la Défense refuse de démissionner

AFP

dimanche 6 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre israélien de la Défense Amir Peretz, sévèrement critiqué dans un rapport officiel au sujet des échecs de la guerre au Liban, a refusé samedi de démissionner du gouvernement.

"Une décision de démissionner aujourd’hui pourrait mener à une dangereuse spirale dans le système politique", a affirmé M. Peretz, chef du parti travailliste, lors d’une interview donnée à la chaîne 2 israélienne.

Le rapport sur la guerre du Liban publié lundi a accusé le gouvernement israélien "d’échecs graves" dans la conduite de la guerre du Liban contre le Hezbollah chiite (12 juillet au 14 août 2006).

M. Peretz et le Premier ministre Ehud Olmert ont été personnellement mis en cause par le rapport Winograd, du nom d’un ancien juge président de la commission d’enquête.

M. Peretz, un ancien syndicaliste dénué d’expérience militaire, a "échoué dans l’exercice de ses fonctions", indique le texte.

"En conséquence, sa présence à la tête du ministère de la Défense pendant la guerre a affecté la capacité d’Israël de bien répondre aux défis auxquels il était confronté", ajoute-t-il.

M. Olmert a de son côté jusqu’ici résisté aux nombreux appels à la démission de la rue et de responsables politiques -notamment de la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni- et assuré qu’il resterait en poste pour appliquer les recommandations du rapport.

Amir Peretz a toutefois indiqué qu’il quitterait ses fonctions de ministre de la Défense comme il l’avait précédemment annoncé après les primaires du parti travailliste prévues le 28 mai afin de briguer le ministère des Finances.

"J’ai l’intention, après les primaires, de mener des changements considérables. J’ai l’intention de rendre le portefeuille de la Défense à Kadima (le parti de M. Olmert) et de prendre celui des Finances", a-t-il dit.

En 34 jours de combats, plus de 1.200 Libanais, pour la plupart civils, ont été tués. Côté israélien, ce sont 121 militaires et 41 civils qui sont morts alors qu’environ 4.000 roquettes se sont abattues sur Israël.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :