mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Le prochain gouvernement sera limité à quinze membres

Le prochain gouvernement sera limité à quinze membres

Claire Bommelaer, le Figaro

dimanche 6 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Jean-Louis Borloo, Michèle Alliot-Marie ou Xavier Bertrand devraient faire partie de la nouvelle équipe.

C’EST parti pour neuf jours de rumeurs et d’attente. Durant toute la campagne, le président élu est resté totalement secret sur ses intentions. Seule certitude : le gouvernement sera limité à quinze ministres, avec une quasi-parité hommes-femmes. Des secrétaires d’État ne seront nommés qu’après les élections législatives (les 10 et 17 juin).

Michèle Alliot-Marie, qui s’est rêvée premier ministre, troquerait la Défense pour un autre ministère régalien : le ministère des Affaires étrangères. Si toutefois le Quai d’Orsay ne revient pas à Alain Juppé. L’ancien premier ministre serait en effet davantage tenté par la présidence de l’Assemblée nationale.

MAM au Quai, c’est Michel Barnier qui pourrait lui succéder à la Défense. Le nom de Philippe Douste-Blazy est également cité pour ce poste.

Le ministère de l’Intérieur semble promis de longue date à Brice Hortefeux. Mais certains parient que Sarkozy préférera lui confier les rênes de l’UMP. Auquel cas, MAM pourrait avoir ses chances pour Beauvau.

Parmi les membres de l’équipe Villepin, le maintien au gouvernement de Jean-Louis Borloo semble également acquis. Soit pour le nouveau ministère de la Stratégie économique et de l’Emploi (regroupant une partie de Bercy et une partie de la Rue de Grenelle). Soit au ministère de l’Éducation nationale, élargi aux secteurs de la Culture et de la communication.

Autre postulant à ce grand portefeuille de l’Économie et de l’Emploi  : Xavier Bertrand, porte-parole du candidat Sarkozy, assuré d’obtenir une promotion gouvernementale. Son nom est parfois cité pour l’Intérieur.

Séparé de l’Économie, le ministère des Comptes publics pourrait revenir à Jean-François Copé, aujourd’hui au Budget, à l’ancien patron de la BNP, Michel Pébereau, ou encore à Christine Lagarde. Mais l’actuel ministre du Commerce extérieur pourrait aller à l’Agriculture. Une nomination qui serait destinée à faciliter les négociations à l’OMC.

L’ancien ministre Gérard Longuet, la présidente d’Areva Anne Lauvergeon (donnée aussi à Bercy en tandem avec Xavier Bertrand), ou l’UDF Christian Blanc pourrait prendre en charge les Entreprises et le Commerce.

L’Éducation et la Culture fait d’autres envieux, à commencer par Xavier Darcos, ancien ministre délégué à l’Enseignement scolaire, ou le maire UDF d’Issy-les-Moulineaux, André Santini.

En vertu de la « charte » de Nicolas Hulot, signée par Sarkozy, un grand ministère de l’Environnement, du Développement durable, de l’Énergie et des Transports serait créé. En pointe sur ces sujets, Alain Juppé est parfois cité pour ce poste. Comme Michel Barnier, qui fut déjà ministre de l’Environnement.

Arno Klarsfeld évoqué pour l’Immigration

La Justice est convoitée de longue date par Patrick Devedjian. Mais, si Sarkozy lui « réservait » la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine, la place Vendôme pourrait revenir au maire UDF de Rouen, Pierre Albertini, ou à Rachida Dati. Mais le nom de la porte-parole de la campagne, « étoile montante » de la galaxie Sarkozy, est cité pour le futur ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale. Tout comme celui de l’avocat Arno Klarsfeld.

À la Santé et aux Sports, qui seraient regroupés, on parle de Valérie Pécresse, actuelle porte-parole de l’UMP.

Le ministère des Relations avec le Parlement et la Réforme institutionnelle pourrait être attribué à Alain Marleix, responsable des élections à l’UMP, ou encore à Christian Estrosi, actuel ministre délégué à l’Aménagement du territoire et soutien de longue date de Nicolas Sarkozy. À moins que l’élu des Alpes-Maritimes ne prenne la présidence du groupe UMP à l’Assemblée. Philippe Séguin, enfin, pourrait faire son retours à un poste qui reste à déterminer.

Des parlementaires, nationaux ou européens, comme Na­thalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez, Christine Boutin, Alain Lamassoure, Hervé Novelli, Laurent Hénart pourraient se voir confier un secrétariat d’État. Tout comme Rama Yadé, secrétaire national de l’UMP à la francophonie.

Nicolas Sarkozy ayant annoncé qu’il ferait une « ouverture très large » , l’arrivée de personnalités venant de la gauche est évoquée, comme celle d’Éric Besson qui l’a rejoint après le premier tour.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :