mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Bouclier antimissile : accord USA - Russie pour des réunions à haut (...)

Bouclier antimissile : accord USA - Russie pour des réunions à haut niveau

AFP

lundi 7 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Moscou et Washington ont convenu d’organiser des rencontres entre leurs ministres de la Défense et des AE pour tenter d’apaiser les tensions au sujet du bouclier antimissile américain en Europe de l’Est.

"Nous avons donné notre accord à une suggestion de la Russie en faveur d’une rencontre entre les ministres de la Défense et des Affaires étrangères", a déclaré le secrétaire d’État adjoint américain, Dan Fried.

M. Fried a précisé que les 2 parties tentaient de planifier une première rencontre en septembre, mais qu’aucune date n’avait été arrêtée. Il a également ajouté que les conseillers à la sécurité nationale des 2 gouvernements pourraient également participer à ces rencontres.

Les États-Unis veulent installer 10 missiles intercepteurs en Pologne et un radar ultra-perfectionné en République tchèque, dans le cadre de leur bouclier antimissile. Washington a évoqué les menaces émanant de l’Iran et de la République populaire démocratique de Corée pour justifier l’extension de son bouclier antimissile en Europe. Ce projet a été très mal accueilli par la Russie qui y voit une atteinte directe à sa sécurité. Le chef d’état-major de l’Armée russe a dit le 4 mai craindre que les États-Unis ne déploient des missiles stratégiques de longue et moyenne portée dans les sites où seront installés des éléments du bouclier antimissile américain.

M. Fried a indiqué que les inquiétudes russes se fondaient sur "une mauvaise compréhension" des limites et de la capacité des sites proposés et sur des peurs sur la manière dont ils pourraient être étendus.

La secrétaire d’État américaine Condoleezza Rice et le secrétaire à la Défense, Robert Gates, ont assuré que le projet américain serait "inefficace" contre le "gigantesque" arsenal nucléaire russe. "Parler d’une nouvelle course aux armements avec la Russie est un anachronisme sans fondement réel", avaient-ils écrit dans une tribune publiée fin avril dans la presse russe.

Pour convaincre Moscou que ce projet ne représente pas une menace, M. Gates avait présenté un ensemble de propositions sur les systèmes de défense, lors d’une visite à Moscou fin avril.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :