jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Bernard Squarcini devrait rapidement être nommé à la tête de la (...)

Bernard Squarcini devrait rapidement être nommé à la tête de la DST

Capital.fr

jeudi 10 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les jours de Pierre de Bousquet de Florian à la tête de la Direction de la Surveillance du Territoire, la DST, sont comptés. Nommé directeur de ce service en septembre 2002, cet ancien membre du cabinet de Jacques Chirac à l’Elysée était peu apprécié – c’est un euphémisme – de son ministre de tutelle Nicolas Sarkozy, qui lui reprochait d’avoir enquêté sur les faux comptes de Clearstream, sans l’en avoir informé. Pire : il le soupçonnait aussi de l’avoir fait "surveiller", voire fait mettre sur écoutes du temps où Dominique de Villepin était ministre de l’Intérieur. Le patron de la DST avait, à l’époque, vigoureusement nié, sans pour autant retrouver la confiance de Sarkozy.

C’est donc un fidèle du nouveau Président de la République, Bernard Squarcini, actuel Préfet délégué pour la Sécurité et la Défense de la région PACA, qui devrait très prochainement devenir le nouveau patron de la DST. Numéro deux pendant dix ans de la Direction centrale des Renseignements Généraux, la DCRG, où il a été l’un des principaux artisans de l’arrestation d’Yvan Colonna en juillet 2003, ce policier corse, surnommé "le squale" au ministère de l’Intérieur, aurait dû succéder en janvier 2004 à Yves Bertrand à la tête des RG, comme le souhaitait Nicolas Sarkozy. Mais Jacques Chirac s’y opposant, le ministre de l’Intérieur avait dû s’incliner, et laisser un préfet, Pascal Mailhos, prendre la tête de ce service. Deux ans plus tard, Sarkozy prenait sa revanche en révoquant Mailhos, au profit d’un professionnel reconnu, le commissaire Joël Bouchité, un très proche de Squarcini dont il était le bras droit aux RG.

En prenant le contrôle de la DST, Bernard Squarcini pourra ainsi mener à bien un chantier que Nicolas Sarkozy n’avait pu réaliser, à cause du véto de Jacques Chirac : celui du rapprochement de la DST, des RG et de la DNAT, la Division nationale antiterroriste. Le nouveau Président voulant désormais aller très vite, pour renforcer principalement l’efficacité de la lutte contre le terrorisme et développer le renseignement économique, ces trois services français de sûreté intérieure devraient être regroupés, avant la fin de cette année, dans un même bâtiment à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine. Un immeuble réaménagé et ultra-sécurisé, situé en face du siège de Thales (HO), et qui fut, en son temps, celui du groupe publicitaire Havas (HAV) Advertising.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :