lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Un proche du ministre de la Défense démissionne

Un proche du ministre de la Défense démissionne

Presse Canadienne

vendredi 11 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Un organisateur clé du ministre de la Défense Gordon O’Connor a démissionné de son poste dans une association de circonscription conservatrice pour dénoncer ce qu’il qualifie de « corruption jusqu’à la racine ».

J.P. Dorion a été un des organisateurs politiques du ministre dans la circonscription de Carleton-Mississippi Mills, près d’Ottawa. Il était président de l’association locale de la circonscription jusqu’à la fin de l’année dernière.

M. Dorion et deux autres membres du conseil exécutif du comté ont annoncé la semaine dernière qu’ils quittaient leurs postes, évoquant des plaintes de mauvaise utilisation de la propriété gouvernementale.

L’organisateur démissionnaire affirme avoir vu plus tôt cette année un des employés de la circonscription de M. O’Connor, Glenn Trebble, utiliser un des ordinateurs du bureau pour travailler sur des documents d’impôts du Parti conservateur et des exigences de déclaration d’Élections Canada.

Les ordinateurs du bureau de circonscription sont une propriété du gouvernement fédéral, tandis que les travaux exécutés sont des affaires propres au Parti conservateur.

M. Dorion a soulevé la question auprès du président de l’association de circonscription, Steve Liakos, mais n’a pas été satisfait de la réponse. L’association a émis un chèque de 9 $ au gouvernement pour défrayer les coûts d’impression des travaux controversés.

« Nous en avons parlé avec le ministre O’Connor le mois dernier, il a dit qu’il regarderait ça, mais il ne l’a pas fait », a indiqué M. Dorion lors d’une entrevue.

M. Trebble n’était pas immédiatement disponible pour commenter l’affaire, mais M. Liakos a affirmé que la question de l’ordinateur était une affaire mineure qui touchait uniquement l’impression de déclarations de revenus. Les rapports financiers de la circonscription étaient en retard à la suite du mandat de M. Dorion et M. Trebble a dû rapidement les remettre à jour, a indiqué M. Liakos. Il affirme avoir consulté la Chambre des communes pour savoir comment ils pourraient rembourser ces coûts.

« C’était une situation d’urgence et nous nous en sommes occupés instantanément sans qu’on nous le demande », a indiqué M. Liakos, estimant que les coûts était « minimes ».


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :