vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > EPFL : un nombre de 307 chiffres cassé après onze mois de calculs

EPFL : un nombre de 307 chiffres cassé après onze mois de calculs

ATS

lundi 21 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Nouvel exploit en matière de décryptage : une équipe internationale, basée notamment à l’EPFL, a réussi à extraire les nombres premiers d’un nombre totalisant 307 chiffres. Le tour de force pourrait remettre en cause un standard de sécurité informatique.

Plus la clé de cryptage est complexe, plus le nombre de bits est élevé, plus il est difficile de "casser" cette sécurité, explique Pascal Vermot, attaché de presse de l’EPFL. Factoriser signifie réduire le nombre dans les plus petits éléments possibles, soit en nombres premiers.

L’opération a nécessité onze mois de calculs. L’équipe internationale n’a pas voulu s’attaquer au standard 308 mais "montrer les limites actuelles de la cryptographie", selon Pascal Vermot. Le nouveau record à 307 chiffres, même s’il n’est pas un nombre RSA n’en représente pas moins un saut considérable.

Les nombres RSA se définissent par leur propriété quasi incassable : ils sont immenses et ne sont divisibles que par deux nombres premiers. Ces facteurs sont tellement difficiles à trouver que cela leur donne une vertu particulière pour de nombreuses applications de sécurité.

Malgré ces découvertes, le mode de cryptage à 1024 bits reste sûr pour l’instant, estime le professeur Arjen Lenstra. Le record de factorisation pour les nombres RSA, détenu par l’Université de Bonn, demeure à 200. Mais cela pourrait rapidement changer.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

1 Message

  • Bonjour,

    Je souhaiterais attirer votre attention sur l’utilisation des termes "cryptage", "crypter" ou "encryptage" qui apparaissent régulièrement dans vos articles et notamment dans ceux relatifs à la sécurité informatique.

    Ces termes ne sont que de mauvaises traductions de l’anglais "encryption" et n’existe pas la langue de Molière.

    Le terme correct qui devrait être utiliser est "chiffrement".
    Les termes cryptologie, cryptographie et décrypter sont eux en revanche
    tout à fait corrects.

    En résumer :

    Passage du message clair au message chiffré : le chiffrement

    Passage du message chiffré au message clair : le déchiffrement

    Passage du message chiffré au message clair SANS connaître la clé de chiffrement : décrypter, le décryptage est donc bel et bien une attaque sur un algorithme cryptographique ou au minimum sur un message chiffré.

    "Crypter" consisterait donc à pouvoir chiffrer SANS posséder la clé de chiffrement... cela n’a pas vraiment de sens.

    Bonne continuation.

    Voir en ligne : Wikipedia, Cryptographie