mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Pour 3 milliards de dollars, la Chine achète 10 % de Blackstone, le plus (...)

Pour 3 milliards de dollars, la Chine achète 10 % de Blackstone, le plus gros fonds d’investissement américain

Maguy Day, le Monde

lundi 21 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La Chine va devenir actionnaire du plus gros fonds d’investissement américain, Blackstone, à l’occasion de sa prochaine introduction en Bourse à New York. Selon un accord signé dimanche 20 mai, la Société d’investissement d’Etat (SIE) achètera quelque 10 % sans droit de vote de Blackstone pour un prix par action de 95,5 % du cours d’introduction en Bourse. Coût de l’opération : 3 milliards de dollars.

C’est le premier investissement annoncé par la SIE. "Nous sommes très heureux d’être en mesure de réaliser le tout premier investissement de la SIE dans une compagnie respectée comme Blackstone", a déclaré Lou Jiwei, à la tête du groupe de travail de la SIE. Au terme de l’accord signé, la SIE devra conserver sa participation dans Blackstone pendant quatre ans et s’interdit d’investir dans un fond d’investissement concurrent durant les 12 prochains mois. De plus, sur cette période, sa participation devra rester sous le seuil des 10 %.

Il s’agit d’un changement de stratégie radicale. Jusqu’à présent, Pékin, riche de 1 200 milliards de dollars en réserves de change, en plaçait la quasi-totalité en bons du Trésor américains, un produit sûr mais à la rentabilité limitée. La Banque centrale chinoise est à ce jour la deuxième détentrice au monde d’obligations américaines pour environ 600 milliards de dollars.

Avec la baisse du dollar et la soif de rémunérations plus juteuses, le gouvernement chinois a voulu modifier la donne. Il a donc créé la SIE qui devrait gérer entre 200 et 300 milliards de dollars des réserves de la Banque centrale. Pékin s’inspire de l’agence publique GIC-Temasek (Government of Singapore Investment Corporation), qui détient, entre autres, des participations dans des banques chinoises et des groupes textiles indiens. Les 25 sociétés publiques d’investissement qui existent dans le monde, telles que GIC, ADIA aux Emirats arabes unis, Dubai International Capital ou GPF en Norvège, pèsent 2 500 milliards de dollars, soit près de la moitié des réserves officielles, estime Stephen Jen, de la banque Morgan Stanley.

Le marché des sociétés étrangères non-côtées intéresse de plus en plus Pékin qui cherche à s’aguerrir aux méthodes et à l’expertise des sociétés de gestions spécialisées dans le rachat d’entreprises.

En s’associant au gouvernement communiste, Blackstone se fait un allié de taille pour étendre sa présence sur le marché chinois et contrer ses concurrents. Carlyle, qui souhaitait prendre le contrôle de Xugong Group Construction Machinery Co, le plus gros équipementier chinois du secteur, a récemment dû se résoudre à secontenter d’une participation minoritaire. "Nous sommes fiers de participer à une transaction qui devrait renforcer les liens commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis", a déclaré le fondateur de Blackstone, Stephen Schwarzman, par la voix de son porte-parole.

Aujourd’hui, Washington insiste sur la réciprocité et la nécessité d’ouverture des marchés chinois aux investissements américains. "Nous voulons que les capitaux étrangers viennent aux Etats-Unis. Plus nous sommes ouverts aux investissements, plus nous nous attendons à ce que les pays à l’étranger soient ouverts aux investissements américains", a déclaré samedi Robert Kimmitt, secrétaire adjoint américain au Trésor, à Potsdam (Allemagne), où il participait à une réunion du G8 Finances.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :