jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Polonais et Américains entament formellement les négociations sur le (...)

Polonais et Américains entament formellement les négociations sur le bouclier antimissile

Celia Chauffour, le Monde

vendredi 25 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Les négociations sur le projet américain de déploiement d’éléments du bouclier antimissile en Europe centrale viennent de franchir une nouvelle étape.

Jeudi 24 mai, une délégation américaine emmenée par John Rood, secrétaire d’Etat adjoint à la sécurité internationale et au contrôle des armements, s’est rendue à Varsovie pour présenter formellement aux autorités polonaises les "détails" juridiques, militaires et politiques de l’offre américaine de déployer dix intercepteurs de missiles sur le sol polonais. Couplé à une station radar en République tchèque, ce dispositif viserait à contrer la menace de missiles balistiques dont pourrait se doter l’Iran.

Point fort de la rencontre de jeudi, l’agenda des prochains mois se précise et s’accélère. "Nous arriverons peut-être à conclure un accord d’ici quelques mois, au début de l’automne", a déclaré le vice-ministre des affaires étrangères polonais, Witold Waszczykowski, qui dirige l’équipe de négociateurs polonais, à l’issue des pourparlers, modérant aussitôt son enthousiasme : "Il s’agit là bien sûr d’un scénario optimiste."

Plusieurs volets décisifs restent à négocier. La Pologne, fidèle alliée des Etats-Unis, militairement présente en Irak et en Afghanistan, compte sur des garanties supplémentaires de sécurité. Elles pourraient concerner l’installation de batteries de missiles de courte portée de type Patriot.

"NOUVELLE SPIRALE"

Selon le responsable polonais, les discussions politiques se poursuivront lors de la visite du président américain George Bush, le 8 juin en Pologne. La prochaine série de négociations se tiendra aux Etats-Unis à la fin du mois de juin, avant le séjour à Washington, le 16 juillet, du chef de l’Etat polonais, Lech Kaczynski, qui pourrait apporter sur la table des négociations "des propositions concrètes", selon Varsovie.

Jeudi, M. Rood aura surtout multiplié les messages en direction de Moscou, gageant notamment du caractère "strictement défensif" du système américain. "Le déploiement de dix intercepteurs de missile en Pologne ne contribuera pas à une course à l’armement", a-t-il précisé, donnant ainsi la réplique à Vladimir Poutine. Mercredi, à Vienne, le chef de l’Etat russe avait en effet vertement critiqué le projet américain, le qualifiant de "nouvelle spirale dans la course à l’armement".

Le même jour, s’exprimant devant l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, avait demandé la convocation d’une "conférence extraordinaire" pour examiner le traité sur les forces conventionnelles en Europe. Au début des années 1990, cet accord avait consolidé la fin de la guerre froide en réduisant les forces armées et les équipements des deux blocs.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :