samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le dispositif de sécurité entourant le sommet du G8 provoque une polémique (...)

Le dispositif de sécurité entourant le sommet du G8 provoque une polémique en Allemagne

Cécile Calla, le Monde

vendredi 25 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Alors que les polémiques enflent au sujet des mesures de sécurité entourant le sommet du G8 réunissant, du 6 au 8 juin à Heiligendamm, les huit pays les plus industrialisés (Etats-Unis, Canada, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon, Russie), la chancelière allemande Angela Merkel (CDU) a réaffirmé ses ambitions en matière de protection du climat lors d’un discours prononcé, jeudi 24 mai, au Bundestag. "Nous devons rapidement réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement de la planète à deux degrés", a plaidé la chancelière. "Je ne sais pas encore si cela sera possible à Heiligendamm", a-t-elle concédé. L’Allemagne risque en effet de se heurter au refus des Etats-Unis d’adopter des objectifs précis en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Par ailleurs, la chancelière a justifié les dispositifs de sécurité relatifs à l’organisation du sommet du G8 dans la cité balnéaire au bord de la mer Baltique. "Ceux qui critiquent aujourd’hui les mesures, seraient les premiers à nous faire des reproches si des violences survenaient", a-t-elle souligné.

UN MUR GRILLAGÉ DE 12 KM

Pour assurer le bon déroulement de la rencontre des chefs d’Etat ou de gouvernement, l’Allemagne se prépare à la plus grande opération policière depuis la fin de la guerre. Face aux quelques dizaines de milliers de manifestants anti-G8 attendus en Allemagne, près de 16 000 agents de police ont été mobilisés. Environ 1 100 soldats leur prêteront main-forte pour sécuriser l’espace aérien et le front maritime de Heiligendamm, et assurer des missions de ravitaillement ou de transport. Le gouvernement n’a pas exclu de rétablir de manière transitoire les contrôles aux frontières.

L’hôtel Kempinski, où se réuniront les chefs d’Etat et de gouvernement, a été entouré d’un mur grillagé long de 12 km, surmonté de barbelés. Sa construction a suscité un certain émoi, en évoquant le mur de Berlin à de nombreux Allemands.

Les perquisitions effectuées dans les milieux d’extrême gauche et les mesures prises pour restreindre les manifestations aux abords de la cité balnéaire ont suscité la colère des organisations d’opposants au G8 et de plusieurs représentants du SPD, partenaire de la CDU-CSU au gouvernement. Durant le sommet, les manifestations seront en effet interdites dans un rayon de 5 km à partir du mur grillagé.

La polémique a rebondi après l’annonce de "prélèvements olfactifs" effectués sur quelques militants anti-G8 arrêtés il y a deux semaines et considérés par la police comme potentiellement dangereux. Selon la justice, ces prélèvements permettront, en cas de violences, de déterminer si ces individus étaient présents ou non sur les lieux. De nombreux députés ont critiqué cette pratique qui rappelle celle utilisée contre les dissidents par la police secrète de l’ex-RDA.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :