jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Internet > Données privées : Google doit s’expliquer devant des experts (...)

Données privées : Google doit s’expliquer devant des experts européens

Christophe Guillemin, ZDNet France

lundi 28 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La gestion des données personnelles des utilisateurs de Google inquiète le groupe de travail européen chargé de coordonner la protection des données privées. Il demande au moteur de recherche de détailler et justifier son système avant la mi-juin.

Les pratiques de Google en matière de gestion des données personnelles vont être passées au grill par un comité d’experts européens. Le "groupe de travail de l’Article 29" (*) est chargé au sein de la Commission européenne de coordonner la protection des données privées en Europe.

Il y a deux semaines, il a envoyé une lettre au moteur de recherche en lui demandant de détailler et justifier le stockage d’informations concernant les recherches des internautes et leur durée de rétention.

Pour l’heure, aucune enquête n’est ouverte, le groupe de travail de l’Article 29 veut juste en savoir davantage sur la politique de Google. A terme, il évaluera si le moteur de recherche est susceptible de contrevenir à la réglementation européenne sur la protection des données privées. Une enquête pourrait alors être ouverte par Bruxelles.

Des données conservées jusqu’à 24 mois

En mars dernier, Google a revu sa politique en la matière : le moteur de recherche a indiqué qu’il rendrait anonymes ces informations au bout de 18 à 24 mois - auparavant il n’y avait pas de règle. Le groupe de travail estime que ce délai est encore trop long.

Les données concernées correspondent aux mots-clés tapés dans les services de Google, que ce soit le moteur de recherche généraliste, ou les déclinaisons Actualités, Images, Vidéo ou encore Google Earth ou Gmail. Ils sont associés à l’adresse IP de l’internaute et à la date et l’heure de saisie. Certaines informations telles que le type de navigateur utilisé peuvent également être enregistrées.

Selon Google, cette collecte est effectuée pour mieux connaître les attentes de ses utilisateurs, améliorer les performances de ses services et répondre à des questions de sécurité. Mais plusieurs groupes de défense des libertés individuelles craignent une exploitation commerciale et marketing de ces données.

Le groupe de travail de l’Article 29 attend une réponse de la part de Google avant la mi-juin. Lequel a confirmé la réception de la lettre et indiqué vouloir « engager un dialogue constructif avec les défenseurs des libertés individuelles incluant le comité d’expert de la Commission ».

(*) Cette structure tire ses fondements (et son appellation) de l’article 29 d’une directive de 1995 consacrée à « la protection des données et leur libre circulation ». Son coordinateur, Peter Schaar - également à la tête de la Cnil allemande.

Avec Dawn Kawamoto de CNET News.com


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :