mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Echec d’un tir alors que le Congrès débat de la défense (...)

Echec d’un tir alors que le Congrès débat de la défense antimissile

Laurent Zecchini, le Monde

lundi 28 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

C’est avec "déception et frustration" que la Missile Defense Advocacy Alliance, un lobby semi-officiel de Washington qui défend le projet de défense antimissile de l’administration Bush, a accueilli l’annonce de l’échec, vendredi 25 mai, d’un essai d’interception d’un missile à longue portée.

Bien que cet incident ne mette pas directement en cause le programme de la défense antimissile des Etats-Unis, il tombe mal au moment où Washington s’efforce de convaincre la Pologne et la République tchèque d’accueillir respectivement dix intercepteurs et un radar d’alerte avancée, destinés à contrer d’éventuels missiles iraniens.

L’essai avorté prévoyait qu’un missile intercepteur de la base aérienne de Vandenberg, en Californie, détruise un missile-cible lancé depuis le site de l’île Kotiak, en Alaska, au-dessus du Pacifique. Ce dernier, victime d’un incident technique entre le premier et le deuxième étage du lanceur quelques minutes après son lancement, n’a pu atteindre l’altitude prévue pour l’interception. Dans ces conditions, l’ordre de tir n’a pas été donné à la base Vandenberg par le centre de commandement et de contrôle de Colorado Springs. "Il y a toujours un risque que ce genre de choses arrive alors que nous utilisons de vieux moteurs de missiles balistiques intercontinentaux pour nos cibles", a commenté le général Henry Obering, chef de l’Agence américaine de défense antimissile (MDA), en précisant qu’un nouvel essai aura lieu cet été.

RÉDUCTIONS BUDGÉTAIRES

Apparemment mineur, cet échec ne peut que renforcer la détermination des opposants polonais et tchèques à l’installation de sites de la défense antimissile dans leurs pays, qui soulignent l’absence de crédibilité du projet américain, lequel a par ailleurs provoqué une soudaine tension russo-américaine.

A Washington, les démocrates, sans être opposés à la défense antimissile, dénoncent son manque de fiabilité et demandent de surseoir à l’installation de sites en Europe. Contrôlant le Congrès, ils s’efforcent de réduire les financements dont dispose la MDA. Après la Chambre des représentants, qui a supprimé, il y a huit jours, une somme de 160 millions de dollars (près de 120 millions d’euros) destinée aux travaux du site polonais, la commission des forces armées du Sénat a réduit, jeudi, de 85 millions de dollars le budget de 310 millions de dollars réclamé par l’administration pour ce projet.

La Corée du Nord a tiré un missile en mer du Japon

La Corée du Nord n’a tiré, vendredi 25 mai, qu’un seul missile de courte portée, et non plusieurs comme cela avait été préalablement annoncé, au large de sa côte est, a indiqué, samedi 26 mai, l’agence Yonhap, citant les services de renseignement sud-coréens. Les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud ont minimisé l’impact de ce tir en mer du Japon, estimant qu’il entrait dans le cadre de manoeuvres militaires régulières. En juillet 2006, Pyongyang avait testé sept missiles balistiques, dont un à longue portée, ce qui avait provoqué une soudaine tension internationale.

Ce tir d’un missile à courte portée semble cependant devoir être lié à l’irritation croissante de la Corée du Nord, qui demande la restitution de fonds bloqués par les Etats-Unis dans une banque de Macao. Cette demande est elle-même liée à l’accord entre le "groupe des six" et Pyongyang sur l’abandon du programme nucléaire militaire nord-coréen.

(Reuters, AFP.)

Un test du bouclier antimissile américain a échoué vendredi 25 mai 2007. - AFP/U.S. NAVY PHOTO


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :