mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Des opérations clandestines américaines en Iran ?

Des opérations clandestines américaines en Iran ?

Corine Lesnes, le Monde

mardi 29 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Le "dégel" n’est-il qu’un leurre ? Peu avant la rencontre, lundi 28 mai, entre l’ambassadeur américain à Bagdad, Ryan Crocker, et son homologue iranien, Hassan Kazemi Qomi, Téhéran a accusé Washington d’avoir infiltré des espions en Iran pour déstabiliser le gouvernement.

"La République islamique d’Iran a identifié et démantelé plusieurs réseaux d’espionnage liés aux forces d’occupation en Irak, ayant pour objectif de mener des actions de sabotage dans l’ouest, le sud-ouest et le centre du pays", a affirmé Ahmad Sobhani, le directeur chargé des Amériques au ministère iranien des affaires étrangères, cité par l’Agence France-Presse.

En l’absence de relations diplomatiques entre les deux pays, le gouvernement iranien a "protesté énergiquement", dimanche 27 mai, auprès de l’ambassadeur suisse à Téhéran, Philippe Welti, qui représente les intérêts américains. "La forte objection de l’Iran face à l’ingérence hostile de l’Amérique et de ses services de renseignement dans les affaires de l’Etat iranien a été transmise à l’ambassadeur suisse", a indiqué le ministère ; de tels actes sont "contraires aux traités internationaux".

L’Iran avait accusé précédemment les Etats-Unis et le Royaume-Uni de soutenir les responsables d’attaques à la bombe intervenues dans la province du Khouzestan, au sud-ouest du pays.

A quelques jours d’intervalle, plusieurs médias américains ont aussi fait état de tentatives de déstabilisation du régime islamique par les services américains. Le 23 mai, la chaîne de télévision CBS a affirmé que Washington s’efforçait de ralentir le programme nucléaire de l’Iran par des actions de sabotage industriel, notamment contre les installations d’enrichissement d’uranium de l’usine de Natanz. D’anciens ingénieurs russes et des Iraniens vivant à l’étranger auraient participé à cette entreprise qui aurait abouti, selon CBS, à la destruction de 50 centrifugeuses.

ACTIONS DE LA CIA

Parmi les autres méthodes employées, la falsification de documents relatifs à l’utilisation de matériels sensibles, ou la modification de composants. Du fait des sanctions économiques qui le frappent, l’Iran est contraint d’acheter une partie de son équipement au marché noir, ce qui le rend vulnérable aux attaques.

De son côté, la chaîne ABC a affirmé que le président George Bush avait autorisé des actions clandestines de la CIA visant à déstabiliser le régime iranien. Les porte-parole du département d’Etat et de la Maison Blanche ont refusé de commenter ces affirmations relevant du domaine des services de renseignement.

Plus que sur les actions elles-mêmes - qui traduisent des ambitions amoindries par rapport aux frappes aériennes évoquées précédemment dans les cercles conservateurs -, les spécialistes s’interrogent sur les fuites. Alors que s’engage un délicat processus de dialogue, elles ne sont manifestement pas destinées à le faciliter.

Une fois de plus, une certaine agitation règne à Washington sur ce dossier. Le paysage est de nouveau décrit comme le lieu d’un affrontement entre le département d’Etat de Condoleezza Rice et le bureau du vice-président Richard Cheney, qui la "marque" de près. Une semaine après que Mme Rice eut tenté, à Charm El-Cheikh, un rapprochement avec Damas et Téhéran, M. Cheney mettait en demeure l’Iran de "maintenir ouvertes les routes maritimes", lors d’un discours sur le porte-avions John- C.-Stennis, à 225 km des côtes iraniennes.

Contrairement à la configuration précédente, le Pentagone serait cette fois en phase avec le secrétariat d’Etat. L’amiral William Fallon, qui commande les forces américaines au Moyen-Orient, a ainsi estimé, dimanche, que les Etats-Unis entendaient maintenir leur présence dans la région, mais que l’Iran était une puissance importante avec laquelle il fallait compter. "Il faut que nous trouvions un moyen de parvenir à un arrangement avec eux", a-t-il dit.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :

2 Messages de forum