lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Un financier d’Al-Qaida devient le chef du mouvement djihadiste en (...)

Un financier d’Al-Qaida devient le chef du mouvement djihadiste en Afghanistan

Françoise Chipaux, le Monde

mardi 29 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

Grand, barbe noire et fines lunettes, Mustafa Abou Al-Yazid, aussi appelé cheikh Saïd, la cinquantaine, a été présenté dans une vidéo d’Al-Sahab, la maison de production du mouvement djihadiste international, comme le nouveau chef d’Al-Qaida en Afghanistan.

Egyptien, membre fondateur de l’organisation dirigée par Oussama Ben Laden, il est, selon un expert, "un des historiques du conseil" d’Al-Qaida, qui avait jusqu’à maintenant "des fonctions logistiques et financières". En 2006, il se trouvait dans la zone tribale pakistanaise du Waziristan, frontalière de l’Afghanistan, où il était le responsable financier d’Al-Qaida pour la zone pakistano-afghane.

L’annonce de cette nomination est la preuve, pour les experts, de l’importance grandissante du théâtre afghan dans la stratégie d’Al-Qaida. Elle souligne son retour dans le sanctuaire afghan et sa coopération renouvelée avec les talibans.

Dans la vidéo, qui dure environ 40 minutes, cheikh Saïd affirme que "les combattants d’Al-Qaida (en Afghanistan) se sont entraînés tout l’hiver pour être prêts à lancer des opérations majeures". Il souligne aussi que "les combattants d’Al-Qaida se battent aux côtés des militants non arabes et bénéficient du soutien des Afghans". Ces combattants arabes ont des camps d’entraînement dans la zone frontalière entre l’Afghanistan et le Pakistan.

De nombreuses cassettes vidéo de propagande ont été tournées sur ces camps. L’un deux, au moins, est dirigé par Abou Yahia Al-Libi, alias Mohammad Hassan, un des quatre évadés de la prison de la base américaine de Bagram. Une cassette tournée en novembre 2006 montre notamment une visite de feu le commandant taliban Dadullah à l’"un des centres des moudjahidins d’Al-Qaida Al-Djihad en Afghanistan". Tous les participants recevant Dadullah sont des Arabes.

Jusqu’à maintenant, les combattants arabes d’Al-Qaida appuyaient et conseillaient les opérations déclenchées par les talibans ou leurs alliés, fidèles de l’ex-premier ministre Gulbudin Hekmatyar. Mais, depuis environ six mois, en plus de cette tache, les chefs d’Al-Qaida ont requis les responsables talibans de leur désigner des hommes destinés à passer sous commandement opérationnel d’Al-Qaida, ce qui laisse entendre que l’organisation pourrait mener ses propres opérations.

"UNE ÉPINE DANS LA GORGE DE BUSH"

Cheikh Saïd se réjouit, dans cette vidéo, "du nombre en accroissement continuel des moudjahidins de l’Emirat islamique" (terme utilisé par les talibans pour désigner l’Afghanistan) et affirme que "le djihad (guerre sainte) ne va pas s’arrêter par le martyre ou l’arrestation de quelques commandants. Au contraire". Cheikh Saïd, qui rend dans cette vidéo un hommage appuyé aux deux "émirs, cheikh Oussama (Ben Laden) et cheikh Ayman (Al-Zawahiri). Puissent les deux cheikhs demeurer une épine dans la gorge de Bush (le président américain)", ne fait aucune mention de leur sort.

Le nouveau chef d’Al-Qaida en Afghanistan, qui ne figure pas sur la liste des terroristes les plus recherchés par le FBI (Bureau fédéral d’enquêtes) américain, est en revanche sur la liste des 27 organisations, associations caritatives et personnalités dont le Trésor américain avait gelé les avoirs financiers dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001. La liste avait été rendue publique par les Etats-Unis le 24 septembre 2001.

Selon le FBI, il avait lui-même effectué les transferts de fonds, depuis Dubaï, pour Mohamed Atta, Marwan Al-Shehhi et Wael El-Chehri, trois des 19 auteurs des attentats contre le World Trade Center et le Pentagone.

Une vidéo montrant Mustafa Abou Al-Yazid, alias cheikh Saïd, nouveau chef du mouvement djihadiste en Afghanistan. - AFP


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :