dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > La Conférence régionale européenne d’Interpol s’ouvre en (...)

La Conférence régionale européenne d’Interpol s’ouvre en Bulgarie

Interpol

mercredi 30 mai 2007, sélectionné par Spyworld

logo

La 36ème Conférence régionale européenne d’Interpol s’est ouverte mercredi sur un appel lancé pour que l’accès direct aux bases de données et aux services Interpol soit donné aux agents de première ligne afin d’améliorer la sécurité dans le monde.

Pour la première fois dans l’histoire de l’organisation, chacun des 49 pays de la région européenne est représenté à cette réunion de trois jours, qui se tient à Varna (Bulgarie) et rassemble plus de 150 hauts responsables de police, fonctionnaires chargés de l’application de la loi et spécialistes de la sécurité.

Les travaux seront largement consacrés à la mise à la disposition des services de répression dans les aéroports, les ports maritimes, les postes-frontières terrestres et autres points de contrôle sur le terrain, d’un accès direct à la base de données d’Interpol sur les documents de voyages volés ou perdus (SLTD).

Les principales questions qui seront débattues par les délégués porteront notamment sur l’amélioration de l’échange d’informations de police dans la région, la criminalité liée aux technologies de pointe et le trafic d’êtres humains.

"La structure politique de l’Europe est en évolution constante, mais les défis auxquels sont confrontés les services de répression restent les mêmes", a déclaré le Secrétaire Général d’Interpol, M. Ronald K Noble.

"Les outils d’Interpol pour améliorer la sécurité dans le monde, tels que notre base de données SLTD, ne peuvent être pleinement opérationnels que s’ils sont mis à la disposition de tous les policiers, partout, et nos Bureaux centraux nationaux ont un rôle primordial à jouer pour faire en sorte qu’il en soit ainsi.

"Notre base de données est essentielle non seulement lorsqu’il s’agit d’empêcher les terroristes et autres dangereux criminels de se déplacer librement, mais également pour aider les services de répression à mettre au jour des activités telles que le trafic de stupéfiants et les filières d’immigration clandestine."

En janvier de cette année, un groupe de 11 personnes voyageant avec des passeports chypriotes et polonais a été intercepté par un fonctionnaire de la police des frontières au Mexique après que ses soupçons aient été éveillés quant au motif de leur venue dans le pays. Il a par la suite été découvert que le groupe, qui était arrivé via la Turquie, la Grèce et l’Espagne, était en réalité constitué d’Iraquiens, parmi lesquels huit utilisaient frauduleusement des passeports issus d’un lot de 850 passeports vierges enregistrés dans la base de données SLTD comme ayant été volés à Chypre en 2003.

La nécessité d’une communication et d’une coopération efficaces entre les services de police afin de lutter contre la criminalité transnationale a également été soulignée par le Vice-ministre de l’Intérieur bulgare, M. Rumen Andreev.

"Une approche multilatérale intégrant les partenaires internationaux est essentielle pour faire face à la menace que constitue la criminalité transnationale. Aucun pays ni aucune région ne doit être exclu de ce processus."

Interpol est la plus grande organisation de police au monde, avec 186 pays membres sur les cinq continents. Des policiers de près de 80 pays travaillent aujourd’hui côte à côte au siège de l’organisation à Lyon (France) et dans ses bureaux régionaux à travers le monde.

Le système sécurisé de communication policière d’Interpol, I-24/7, permet aux polices de tous les pays membres d’accéder à des données cruciales ou d’échanger instantanément des messages lorsqu’elles enquêtent sur des affaires transfrontalières ou demandent l’arrestation de malfaiteurs recherchés au niveau international.

Ouverture de la 36ème Conférence régionale européenne à Varna (Bulgarie)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :